Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 06.07.2012 09h03
La Chine ne participera pas à la réunion sur la Syrie

La Chine a été invitée à la prochaine réunion des "amis de la Syrie", mais ne compte pas y participer, a déclaré jeudi Liu Weimin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

La France a invité la Chine à participer à cette réunion qui se tiendra vendredi à Paris, a révélé M. Liu lors d'une conférence de presse régulière, en réponse à une question sur l'approche chinoise à l'égard de cette rencontre.

"A ce jour, nous ne comptons pas participer à cette réunion", a-t-il déclaré.

"Nous estimons qu'il s'agit actuellement d'une phase cruciale pour régler politiquement le problème de la Syrie", a ajouté le porte-parole, appelant la communauté internationale à se concentrer sur la mise en oeuvre du consensus auquel est parvenue la réunion ministérielle du Groupe d'action sur la Syrie organisée à Genève.

Les parties concernées doivent conjuguer leurs efforts en ce sens, a-t-il indiqué.

Le 30 juin, la réunion de Genève a rassemblé les ministres des Affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, de la Turquie, du Koweït, du Qatar et de l'Irak, ainsi que des représentants de l'ONU, de la Ligue arabe et de l'Union européenne.

Les ministres des Affaires étrangères ont estimé qu'un gouvernement de transition devait être mis en place en Syrie pour mettre fin aux conflits qui ravagent le pays depuis 16 mois, mais n'ont pas exigé le départ du président Bashar al-Assad.

La troisième réunion des "amis de la Syrie" se tiendra vendredi. La Chine n'a pas participé aux deux précédentes réunions organisées en février en Tunisie et en avril en Turquie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire