Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 13.07.2012 08h12
Interview : le président présomptif du Mexique s'engage à promouvoir les relations avec la Chine

Le président présomptif du Mexique, Enrique Pena Nieto, a déclaré mercredi qu'après son entrée en fonction, il ferait des efforts pour renforcer les relations de son pays avec la Chine.

Le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) a indiqué à l'agence de presse Xinhua que la Chine était un acteur influent sur la scène mondiale. Sa vitalité économique a assuré un niveau élevé de productivité, une croissance économique rapide et de bons progrès dans les politiques de lutte contre la pauvreté, a-t-il dit.

Soulignant les relations fraternelles entre le Mexique et la Chine, M. Nieto s'est engagé à promouvoir la coopération économique et commerciale avec la Chine.

"La Chine est le deuxième plus grand partenaire commercial, le deuxième plus grand fournisseur et le septième plus grand acheteur du Mexique", a fait savoir M. Nieto, en ajoutant : "J'espère que les relations commerciales entre les deux pays pourront devenir plus actives et étroites."

Le président présomptif, âgé de 45 ans, a noté que les relations avec la Chine pourraient également aider le Mexique à entrer sur le marché asiatique. "En tant que pays frères avec une longue histoire d'amitié, nos deux pays peuvent renforcer leur coopération dans des domaines comme la culture, les recherches académique et scientifique, à travers le renforcement des relations économiques et commerciales", a-t-il poursuivi.

Rappelant sa visite en Chine il y a plusieurs années, M. Nieto a salué les villes modernes et le peuple accueillant de la Chine, en disant qu'il s'attendait à une autre visite en Chine en tant que président du Mexique dans un avenir proche.

Bien que l'Institut électoral fédéral (IEF) du Mexique n'ait pas encore nommé M. Nieto président élu, elle a déjà confirmé sa victoire dans l'élection présidentielle du 1er juillet.

Le candidat de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador, a demandé un recomptage complet, mais après qu'un recomptage des urnes contestées, qui représentaient plus de la moitié du total des urnes, eut été achevée vendredi dernier, l'IEF a confirmé la victoire de M. Nieto avec une avance de près de 6%.

Dans l'interview accordée à Xinhua, M. Nieto a présenté le programme administratif prévu après son entrée en fonction.

Il a indiqué que la lutte contre la violence était l'une de ses principales priorités. "Réduire la violence et offrir un environnement plus sécuritaire aux Mexicains est primordial", a-t-il dit, en ajoutant : "j'ai décidé d'ajuster la stratégie de sécurité publique actuelle et d'envoyer plus de forces policières dans les zones dangereuses."

Etant donné que le nombre de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté a augmenté ces dernières années au Mexique, M. Nieto a promis d'améliorer la situation en adoptant diverses politiques sociales.

Il a souligné qu'une autre priorité de son administration présomptive était de promouvoir la croissance économique et le taux d'emploi.

"Au cours des 11 dernières années, le développement économique du Mexique n'était pas aussi bon que celui de nombreux autres pays d'Amérique latine," a-t-il révélé. "J'ai l'intention de procéder à diverses réformes fondamentales dans les domaines du travail, du système de sécurité sociale et de l'énergie, ce qui pourra nous aider à stimuler l'économie du Mexique et à créer davantage d'emplois pour nos citoyens," a-t-il ajouté.

M. Nieto a finalement déclaré qu'il allait également promouvoir le développement du secteur de l'éducation, en particulier dans les lycées et les universités.

par LIU Lili et LIANG Xizhi

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire