Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.07.2012 09h06
L'hypocrisie des politiciens américains est un frein à la coopération sino-américaine (COMMENTAIRE)

Plusieurs politiciens américains ont fait preuve la semaine dernière d'une certaine hypocrisie, en déclenchant un tollé sur les uniformes "Made in China" des athlètes américains devant participer aux Jeux olympiques cet été.

Suite à des reportages selon lesquels les tenues officielles des athlètes américains participant aux Jeux Olympiques de Londres avaient été produites en Chine, des membres du Congrès, dirigés par Harry Reid, chef de la majorité du Sénat, ont critiqué le Comité olympique américain (USOC) pour ne pas avoir choisi des uniformes "Made in America".

Exprimant son indignation, M. Reid est allé jusqu'à appeler l'USOC à brûler les uniformes et à en commander de nouveaux.

Il est très étonnant qu'un leader politique de si haut rang ait pu tenir des propos aussi irresponsables.

L'esprit olympique, qui n'a rien à voir avec la politique, préconise la compréhension mutuelle et le fair-play ; faire de ces uniformes un outil politique relève, de la part de ces politiciens, d'un nationalisme étroit et ignorant, en complète contradiction avec l'esprit olympique originel.

En réponse aux critiques émises par le Congrès, l'USOC a déclaré que l'équipe olympique américaine était financée à titre privé par Ralph Lauren, un fournisseur américain de vêtements de sport, dont la plupart des produits sont fabriqués à l'étranger, et pas uniquement en Chine.

Par ailleurs, la Chine et les Etats-Unis sont d'importants partenaires commerciaux, le volume de leur commerce bilatéral ayant dépassé les 440 milliards de dollars en 2011.

La Chine a fourni aux consommateurs américains des produits de grande qualité, omniprésents dans la vie quotidienne des Américains, y compris celle des politiciens.

Cédant aux pressions politiques, l'USOC et Ralph Lauren ont promis vendredi dernier que les tenues officielles des athlètes américains seraient produites aux Etats-Unis pour les Jeux olympiques d'hiver de Sochi en 2014.

Cet incident n'est qu'un exemple supplémentaire des luttes politiques farouches, parfois ridicules, qui déchirent le Capitole en période électorale, dans un contexte où la croissance économique et la création d'emplois constituent des enjeux essentiels.

En critiquant Ralph Lauren pour avoir délocalisé des emplois, les politiciens américains tentent de récolter des gains politiques en se présentant comme les champion de la création d'emplois aux Etats-Unis, afin d'obtenir un plus grand soutien auprès des électeurs.

Les tenues de l'équipe américaine ont apparemment touché un des thèmes les plus sensibles de cette campagne électorale, la délocalisation des emplois, dans une période où le taux de chômage des Etats-Unis dépasse les 8%.

Si l'accusation de M. Reid est fondée, pourquoi le Congrès américain n'impose-t-il pas une règle interdisant à ses membres, qui représentent politiquement le pays, d'utiliser tout produit fabriqué à l'étranger ?

Il est fort probable que très peu de membres du Congrès seraient en mesure de voter une telle interdiction, dans la mesure où aux Etats-Unis, la plupart des produits quotidiens requérant une main d'oeuvre importante sont en fait fabriqués à l'étranger.

"Est-ce que M. Reid brûlera aussi son Blackberry, ses appareils électroménagers et la moitié de sa garde-robe ? Ces produits sont eux aussi fabriqués en Chine", ironise un internaute sur le site www.wsj.com.

Si quelque chose doit être brûlé, c'est bel et bien l'hypocrisie de la politique américaine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les Nouvelles principales du 16 juillet
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire