Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.07.2012 10h54
Oeuvrons pour porter le nouveau partenariat stratégique sino-africain à un nouveau palier

- Par M. Yang Jiechi, Ministre chinois des
Affaires étrangères et co-président honoraire
du Comité de suivi chinois du Forum
sur la Coopération sino-africaine


Les 19 et 20 juillet, la 5e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra à Beijing. Ce sera un nouvel événement majeur dans les relations d'amitié et de coopération entre la Chine et l'Afrique.

Depuis sa création en 2000, le FCSA est devenu un mécanisme important de dialogue collectif et de coopération pragmatique entre la Chine et l'Afrique dans la nouvelle période, et a contribué énergiquement au développement global de la coopération sino-africaine sur des échelles plus vastes, dans des domaines plus larges et à des niveaux plus élevés. Surtout le Sommet de Beijing et la 3e Conférence ministérielle du FCSA de 2006 ont mis en place le nouveau partenariat stratégique sino-africain caractérisé par l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique et les échanges et l'inspiration réciproque sur le plan culturel, posant un jalon important dans les annales des relations sino-africaines.

La présente Conférence est la première conférence ministérielle du FCSA de la 2e décennie du 21e siècle. Des dirigeants chinois et africains assisteront à la cérémonie d'ouverture de la Conférence et les Ministres chargés des affaires étrangères et de la coopération économique de la Chine et de 50 pays africains ainsi que le Président de la Commission de l'Union africaine (UA) participeront à la Conférence. Ayant comme thème « Consolider les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives pour le nouveau partenariat stratégique sino-africain », celle-ci sera l'occasion d'évaluer sur tous les plans la mise en œuvre des résultats de la 4e Conférence ministérielle du FCSA de 2009 en Égypte et de planifier le développement des relations sino-africaines pour les trois ans à venir.

Au cours des trois dernières années, les relations entre la Chine et l'Afrique ont poursuivi un développement rapide et obtenu des résultats fructueux :

La confiance mutuelle sur le plan politique n'a cessé de se renforcer. Les visites de haut niveau entre la Chine et l'Afrique se sont intensifiées davantage, tandis que les échanges et le dialogue dans les différents domaines et à tous les nivaux ont gagné en profondeur. Le Président Hu Jintao et d'autres dirigeants du PCC et de l'État ont effectué plusieurs visites en Afrique. Les relations de la Chine avec les pays africains amis, l'UA et les autres organisations régionales se sont développées sur tous les plans. La Chine soutient fermement les efforts d'union et de développement de l'Afrique ainsi que son processus d'intégration. Le Complexe de Conférences et de Bureaux de l'UA, construit avec l'aide de la Chine et dont les travaux se sont achevés dans d'heureuses conditions, a été hautement apprécié par la partie africaine et est devenu le nouveau symbole de l'amitié sino-africaine de notre époque. La Chine a participé activement aux affaires de paix et de sécurité de l'Afrique et soutient les pays africains dans leurs efforts de défendre l'indépendance nationale, l'intégrité territoriale et la souveraineté d'État, de choisir librement leurs voies de développement et de régler de manière autonome les questions de l'Afrique. De leur côté, les pays africains ont continué à accorder leur ferme soutien à la Chine sur les questions touchant à ses intérêts vitaux et majeurs.

La coopération pragmatique a donné des résultats remarquables. En tant que pays en développement, la Chine est sensible aux difficultés rencontrées par les pays africains dans la crise financière internationale. Bien que confrontée elle aussi à de multiples difficultés, elle a mis en œuvre consciencieusement les différentes actions de suivi de la 4e Conférence ministérielle du FCSA. Les mesures prévues telles que l'augmentation des aides, l'octroi de prêts préférentiels, l'annulation de dettes, l'exemption de droits de douane, la mise en place des crédits spéciaux pour les PME africaines, la construction d'écoles, d'hôpitaux et de centres pilotes de technologies agricoles et l'envoi d'agronomes ont été intégralement mises en œuvre. En 2011, le commerce sino-africain a atteint le chiffre record de 166,3 milliards de dollars américains, faisant de la Chine le premier partenaire commercial de l'Afrique pour la 3e année consécutive. Les investissements directs chinois en Afrique ont atteint 14,7 milliards de dollars américains au total et plus de 2 000 entreprises, toutes catégories confondues, se sont installées en Afrique.

[1] [2] [3]

Source: Ministère des Affaires étrangères

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 17 juillet
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire