Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 24.07.2012 14h29
Une nouvelle ère pour les relations avec l'Afrique

Les deux parties se sont mises d'accord pour encourager un développement commun et un mécanisme de gouvernance mondiale juste.

La Cinquième Conférence Ministérielle du Forum Sino-africain sur la Coopération s'est tenu à Beijing jeudi et vendredi dernier. Le Président Hu Jintao a assisté à la cérémonie d'ouverture et y a prononcé un discours-programme, durant lequel il a détaillé les réalisations de la coopération sino-africaine lors des douze dernières années, souligné l'avenir brillant du nouveau type de partenariat stratégique entre la Chine et l'Afrique, et annoncé une série de mesures que le Gouvernement chinois va mettre en oeuvre pour favoriser davantage encore la coopération bilatérale.

« La Chine soutient chaleureusement et sincèrement les pays africains dans leur choix de leur propre voie de développement, et elle soutiendra chaleureusement et sincèrement pour renforcer leurs capacités de développement », a dit le Président Hu.

La conférence ministérielle a atteint un consensus sur la façon de protéger et de promouvoir conjointement les intérêts du développement commun, et coordonner des politiques pour renforcer le développement commun dans les toutes prochaines années. La conférence ministérielle a également publié la Déclaration de la Cinquième Conférence Ministérielle sur le Forum sur la Coopération Sino-africaine de Beijing et le Plan d'Action de Beijing (2013-2015). La Déclaration a proclamé que le développement du nouveau type de partenariat stratégique entre la Chine et l'Afrique a une grande signification pour la paix, la stabilité et le développement du monde. Le Plan d'Action a insisté sur davantage de coopération dans des domaines comme les échanges de peuple à peuple et l'intégration africaine.

Les deux parties se sont mises d'accord pour renforcer leur coopération en matière de politiques et leur coopération dans les affaires internationales, cela afin de protéger conjointement les principes et les directives de la Charte des Nations-Unies et encourager activement la démocratisation des relations internationales, et de s'opposer aux « gros qui maltraitent les petits, les forts qui dominent les faibles et les riches qui oppressent les pauvres ». Les deux parties vont coopérer pour protéger leur espace de développement, encourager la construction d'un mécanisme mondial de gouvernance plus ouvert et plus libre, mener de nouveaux dialogues stratégiques, échanger des expériences sur la gouvernance nationale, encourager la confiance mutuelle, et élargir la coopération amicale.

Une fois de plus, la Chine s'est engagée à être un bon ami et un bon partenaire du peuple africain, à continuer à soutenir les efforts collectifs des pays africains pour devenir forts grâce à l'unité, et d'ouvrir de nouvelles perspectives pour le partenariat entre la Chine et l'Afrique.

La sécurité économique sert de socle à la Chine et à l'Afrique pour atteindre leur développement durable, et les deux parties se sont mises d'accord pour se donner la main pour encourager un développement harmonieux et équilibré de l'économie mondiale, et de faire des efforts pour que les bénéfices du développement se dirigent davantage vers les pays en développement. Elles se sont aussi mises d'accord pour encourager la réforme, longtemps attendue, des institutions économiques et financières internationales, « pour les rendre justes et raisonnables et adaptées aux réalités politiques du monde ».

Dans le même temps, les deux parties se sont également mises d'accord pour trouver une solution aux problèmes sérieux comme les investissements, la finance et l'interconnectivité africaine, et pour créer de nouveaux secteurs pour favoriser le commerce et les investissements à dans les deux sens, et de traiter ensemble « les douleurs de croissance économiques ». Elles travailleront ensemble pour encourager les capacités des deux parties pour atteindre un développement indépendant et pour réhausser le statut des deux parties dans les chaînes de production et de valeur mondiales, et elles renforceront leur coopération pour faire face aux défis de sécurité traditionnels et non traditionnels, comme le changement climatique, la sécurité alimentaire et la pauvreté.

Avec le consentement des pays africains, la Chine luttera pour créer un environnement de sécurité efficace pour les pays concernés, pour parvenir à un développement durable. En fournissant davantage d'assistance, en concordance avec sa puissance nationale globale, aux opérations de maintien de la paix et de construction de la paix des Nations-Unies et de l'Union Africaine, et en créant plus d'opportunités pour les pays africains, cela permettra de les aider à renforcer leurs capacités à maintenir la paix et à promouvoir la stabilité.

Les deux parties se sont engagées à renforcer davantage encore les consultations politiques et le dialogue stratégique, et à augmenter la coopération dans l'Architecture de la Paix et de la Sécurité de l'Afrique. La Chine renforcera aussi sa coopération avec l'Union Africaine et les organisations sous-régionales en Afrique, et elle continuera à fournir une aide humanitaire en collaboration avec la communauté internationale.

L'auteur est vice-président de l'Institut Chinois des Etudes Internationales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 23 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?