Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 01.08.2012 13h59
L'armée chinoise réfute les spéculations sur une guerre dans les îles du Sud

Selon les experts, Beijing espère que les négociations pourront résoudre les conflits.

L'armée chinoise a démenti les spéculations selon lesquelles Beijing se préparerait à la guerre pour défendre le territoire national en Mer de Chine Méridionale, disant que l'Armée Populaire de Libération (APL) s'opposait à toute intervention armée dans la région.

Le porte-parole du Ministère de la Défense Geng Yansheng s'est exprimé mardi sur ce sujet lors d'une conférence de presse organisée à quelques jours du 85e anniversaire de l'APL.

La totalité des neuf membres du Comité Permanent du Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste Chinois -rarement vus tous ensemble- a participé mardi à une réception marquant cet anniversaire.

Les commentaires de M. Geng ont à nouveau clarifié le fait que Beijing souhaite résoudre les différents territoriaux par la négociation, et cela même si elle a la capacité de recourir à la force armée, selon les experts.

« La Chine possède des droits de souveraineté indiscutables sur les îles de la Mer de Chine Méridionale et leurs eaux contigües, et son armée s'oppose à l'idée de toute intervention militaire extérieure dans cette zone », a répondu M. Geng quand on lui a demandé si un conflit était possible.

Les conflits territoriaux entre la Chine et les Philippines en Mer de Chine Méridionale se sont fortement aggravés un peu plus tôt cette année après qu'un navire de guerre philippin ait harcelé des navires de pêche chinois dans les eaux situées à proximité de lîle chinoise de Huangyan. Les Philippines contestent en effet la souveraineté chinoise sur ce territoire.

Le 23 juillet dernier, le Président philippin Benigno Aquino a annoncé un plan de financement de 75 milliards de Pesos (1,8 milliard de Dollars US) destiné à moderniser l'armée de ce pays et demandé à la nation de « s'exprimer d'une seule voix » sur le sujet de l'île de Huangyan.

Le lendemain, la Chine créait officiellement la ville de Sansha sur l'île de Yongxing, dans la Province de Hainan, et y établissait également une garnison militaire.

Selon M. Geng, une patrouille régulière prête au combat a été mise sur pied dans les eaux dépendant de la juridiction chinoise.

Cette patrouille ne vise aucun pays en particulier, mais elle protégera la souveraineté territoriale et les droits maritimes de la Chine, a t-il dit, ajoutant que l'APL était « confiante en ses capacités » de mener cette tâche à bien.

Une action légitime de la marine chinoise, visant à protéger les intérêts nationaux, ne devrait pas être interprétée comme l'adoption d'une ligne dure envers les autres pays, a dit M. Geng.

« Au moins pouvons-nous dire, au vu des remarques de M. Geng, que, pour l'heure, la Chine ne souhaite pas recourir à la force armée pour résoudre les conflits en Mer de Chine Méridionale », a dit Niu Jun, Professeur en politique internationale à la Peking University.

Selon lui, cette position concorde avec celle du Gouvernement, qui essaie de trouver une solution pacifique à ce problème.

« Il y a des voix belliqueuses en Chine, mais de mon point de vue, en faisant ainsi elles se comportent de manière irresponsable, ce qui n'arrange pas la situation ».

Zhai Dequan, Secrétaire-général adjoint de l'Association Chinoise du Contrôle des Armes et du Désarmement, pense que les commentaires de M. Geng sont un message envoyé au Vietnam, aux Philippines et au Japon pour leur conseiller de ne pas utiliser les intrigues ou les tromperies qui pourraient accroître les risques de conflit armé en Mer de Chine Méridionale ou en Mer de Chine Orientale.

Personne ne sortirait gagnant d'une guerre, dit-il.

La conférence de presse a également été l'occasion pour des officiers supérieurs de l'APL de parler d'autres sujets.

Ainsi du colonel Lin Bai, du Département Général des Armements de l'APL, qui a démenti les affirmations selon lesquelles le porte-avions chinois serait prêt à entrer en service, disant qu'au contraire, il continuerait à subir des tests.

L'armée chinoise a annoncé l'existence de ce porte-avions, le premier de sa marine, il y a un an exactement.

« La Grande Muraille n'a pas été construite en une journée ; j'espère que ce sujet pourra être traité de façon rationnelle et objective », a dit le colonel Lin.

De son côté, Wang Yongsheng, du Département Politique Général de l'APL, a insisté sur le fait que la Chine s'opposait à tout conseil concernant la dépolitisation de l'armée, ajoutant que ces conseils étaient justifiés par des « arrière-pensées ».

« L'APL a été fondée par le PCC, et elle est placée sous son commandement ; le commandement absolu du PCC sur l'APL est le système fondamental et le principe fondamental de l'armée », a dit M. Wang.

« Notre armée appartient au Parti, mais elle appartient aussi à l'Etat et au peuple », a t-il ajouté.

Selon M. Wang, certaines personnes dans d'autres pays critiquent le système militaire chinois. Ces critiques ont diffusé des idées erronées. Certains ont même suggéré que le Parti abandonne son contrôle sur l'armée, selon M. Wang.

« Ces idées dissimulent des arrière-pensées », dit M. Wang. « Nous y sommes résolument opposés ».

Lors de la réception qui s'est tenue mardi soir au Grand Hall du Peuple, le Ministre de la Défense Liang Guanglie a porté un toast, disant que « c'est une année d'une signification spéciale pour le développement de notre Parti et de notre pays ».

Le PCC va tenir son 18e Congrès National d'ici quelques mois.

Quant à l'APL, a dit M. Liang, elle « suivra sans faillir le principe de base et le système du contrôle absolu du Parti sur les forces armées ».

« Nous resterons fermement engagés sur la voie du développement pacifique, nous suivrons une politique étrangère indépendante orientée vers la paix et nous continuerons à conduire des échanges et une coopération amicaux avec les forces armées des autres pays », a dit le Ministre.

Article fourni par Xinhua.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 31 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam