Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 16.08.2012 10h59
Iles Diaoyu : le Japon arrête illégalement 14 activistes chinois à la journée de l'anniversaire de sa reddition (PAPIER GENERAL)

La police japonaise de la préfecture d'Okinawa a illégalement arrêté mercredi au total 14 activistes chinois, dont sept qui ont débarqué sur les îles Diaoyu, dans l'est de la Mer de Chine orientale.

D'après les gardes-côtes japonais, sept activistes chinois ont débarqué sur les îles Diaoyu vers 17H50 heure locale. La police d'Okinawa a initialement arrêté cinq activistes chinois, tandis que deux autres activistes qui ont également débarqué sur les îles sont retournés sur leur bateau de pêche.

Les cinq ont été arrêtés pour une soi-disant entrée illégale, ont rapporté les médias.

"Deux de ces activistes sont retournés au bateau. Les gardes-côtes et la police ont interpellé les cinq autres sur l'île avant de les arrêter pour entrée illégale sur le territoire japonais," a rapporté la chaîne de télévision publique japonaise NHK.

Les gardes-côtes japonais ont indiqué que le bateau de pêche transportaient 14 activistes, tandis que la police locale a précisé que ces activistes venaient de Hong Kong, Shenzhen et Macao. Le bateau a quitté Hong Kong dimanche et est entré dans les eaux près des îles disputées mercredi vers 15H50 heure locale, ignorant les avertissements des Gardes-côtes japonais.

Le navire chinois démontrait une banderole sur laquelle on pouvait lire "La Chine ne peut pas abandonner même un pouce de son territoire" et ses occupants ont débarqué sur les îles sur les airs de l'hymne national chinois, selon la presse japonaise.

"Nous avons réalisé avec succès notre objectif en réaffirmant au monde entier notre souveraineté (sur ces îles). Cette action a dépassé nos attentes et nous avons accompli notre objectif plus rapidement que prévu", a déclaré Chan Yu-nam, vice-président du Comité d'action pour la défense des îles Diaoyu, groupe qui a organisé le débarquement de mercredi.

Le président du groupe Chan Miu-tak a indiqué que le but de ce débarquement était de planter le drapeau de la Chine pour réaffirmer sa souveraineté sur ces îles inhabitées, et que les activistes suivaient les ordres stricts d'éviter toute confrontation physique avec la partie japonaise et de renoncer à la mission en cas d'incident.

Les gardes-côts japonais ont déployé neuf navires pour poursuivre le petit bateau de pêche quand il était de moins de 30 km de ces îles, a déclaré un activiste lors d'une interview téléphonique avec la presse de Hong Kong.

Il a également révélé que les gardes-côtes japonais avaient utilisé des canons à eau pour tenter d'empêcher le débarquement du navire chinois sur les îles.

"Ces activistes ont ignoré l'avertissement du Japon avant de débarquer sur les îles. Mais aucun d'entre eux n'a été blessé," a dit la police japonaise d'Okinawa.

"Ils pourraient être transférées au bureau d'immigration du Japon plus tard et rapatriés à Hong Kong par le bureau d'immigration", a indiqué un porte-parole des gardes-côtes du Japon à l'agence Xinhua.

Le gouvernement japonais a convoqué l'ambassadeur de Chine au Japon Cheng Yonghua au ministère des Affaires étrangères à Tokyo pour déposer une protestation, a révélé le porte-parole en chef du gouvernement Osamu Fujimura.

Des officiels du Département de l'immigration de Hong Kong devront se rendre au Japon pour fournir l'assistance à ces activistes, ont affirmé des sources officielles de Hong Kong.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé mercredi qu'il était en train de contacter la partie japonaise pour faire des représentations concernant la détention de cinq Chinois sur les îles Diaoyu.

Le bateau de pêche de Hong Kong, qui transportait huit activistes chinois cherchant à faire valoir les droits de la Chine sur les îles Diaoyu, avait quitté Hong Kong dimanche, avait-on appris de précédents reportages de presse.

La Chine demande au Japon de se garder d'adopter toute action pouvant mettre en danger la sécurité et les biens des citoyens chinois se rendant sur les îles Diaoyu, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Qin Gang.

La Chine accorde une attention active au développement des affaires concernées et a exprimé ses vives préoccupations concernant les réactions de la partie japonaise, a indiqué Qin Gang dans un communiqué faisant suite à une demande de commentaire de la part des médias au sujet de ces informations.

Selon le porte-parole, la position de la Chine vis-à-vis des îles Diaoyu reste "claire et résolue".

Le Comité d'action pour la défense des îles Diaoyu a été fondé en 1996 et regroupe une cinquantaine de membres.

Le débarquement d'activistes chinois sur les îles Diaoyu coincide avec le 67e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, journée où le Japon a annoncé sa reddition.


[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...