Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 29.08.2012 16h35
Un haut fonctionnaire chinois s'enfuit à l'étranger

Un haut responsable de Fengcheng, dans la province du Liaoning, a fui la Chine au milieu des projets du pays pour prendre des mesures qui empêchent les fonctionnaires corrompus de s'enfuir et de pouvoir rapatrier les fugitifs.

Un responsable de la publicité à Dandong, la ville qui administre Fengcheng, a confirmé mardi au China Daily que Wang Guoqiang, chef du Parti de Fengcheng, a fui le pays au mois d'avril.

Song Ximei, fonctionnaire de la publicité à Dandong, a confié qu'elle ne pouvait pas confirmer que Wang avait pris la fuite avec 200 millions de yuans (31,5 millions de dollars), suite aux sources anonymes publiés sur Internet, ce qui a conduit à l'exposition de l'incident.

Song a expliqué qu'en raison du rang élevé de Wang Guoqiang, il tomberait sous la supervision directe de la province, et non du gouvernement de la ville.

Le département de l'organisation du comité du Parti de la province a déclaré que le cas du haut fonctionnaire était à l'étude, sans donner plus de précisions.

Les appels vers le service de la publicité et de la discipline du comité provincial sont restés sans réponse mardi.

Fengcheng, se trouvant près de la côte nord de la mer Jaune, compte 590.000 habitants.

Wang Guoqiang est né en 1960 et est titulaire d'un baccalauréat », selon sa biographie.

Sa disparition en avril n'avait pas été révélée, jusqu'à l'effervescence sur Internet dimanche, avec des messages prétendant qu'il était parti avec une grande quantité d'argent et se trouvait avec sa femme aux États-Unis.

Plusieurs messages ont affirmé que Wang s'est enfui au milieu d'une enquête de l'autorité de discipline d'une entreprise locale qui a eu des rapports importants avec la ville appartenant à un ancien camarade de classe de Wang.

Les autorités locales n'ont pas confirmé ces allégations.

A 20 h, lundi, le site du gouvernement de Fengcheng a annoncé que le comité du Parti de Dandong avait élu, il y a deux semaines, le maire pour devenir le chef du Parti de Fengcheng.

Selon des experts, la disparition de Wang est un signe et que les autorités devraient renforcer et optimiser un projet pilote visant à empêcher les fonctionnaires de s'échapper et de rapatrier ceux qui le font.

La plus haute autorité de discipline du Parti va présentée le 2 septembre un projet pilote dans dix régions de niveau provincial, y compris la province du Heilongjiang et de Shanghai.

Lin Zhe, professeur à l'Ecole du Comité central du Parti communiste chinois, a déclaré que le projet devrait être étendu pour couvrir les autres provinces et ses politiques devront être strictement appliquées.

Lin Xuebiao, directeur adjoint du bureau de la recherche en droit du Parquet populaire de la province de Fujian, a déclaré: «Ce genre de fuite est prémédité et nous devrions identifier ses caractéristiques, afin d'établir un système d'alerte précoce».

Il a expliqué que la gestion et les contrôles lors de voyages officiels ne sont pas assez rigoureux pour les détenteurs de passeports de service et le cadre juridique en Chine est différent par rapport à de nombreux autres pays, ce qui pose des obstacles au rapatriement.

Il a ajouté: "Nous devons optimiser notre politique obligeant les fonctionnaires à déclarer leurs actifs et la localisation des membres de leur famille à l'étranger et nous devons également optimiser le système de gestion des passeports."

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?