Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 05.09.2012 16h14
Les Etats-Unis doivent réfléchir à trois questions

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton entame actuellement une visite officielle en Chine. Bien que sa visite semble être un peu « brusque », elle est jugée raisonnable compte tenu de l'importance des relations sino-américaines et de l'urgente nécessité de faire face à une série de questions internationales et régionales à l'approche de la réélection possible du président Barack Obama.

Hillary Clinton n'est pas venue pour se quereller avec les Chinois. Et ce n'est pas non plus pour se quereller avec les Etats-Unis que la Chine a accepté sa visite. Depuis le début de cette année, les deux pays ont organisé de nombreux échanges de haut niveau et ont déployé des coopérations pluridisciplinaires étroites. Les relations entre ces deux nations ont également connu quelques moments difficiles. A l'heure actuelle, cette visite de Clinton reflète la préoccupation des relations bilatérales et le souhait de renforcer le dialogue sur les questions de la stabilité et du développement des relations sino-américaines.

La présence de Mme Clinton permet une meilleure communication avec la Chine, il est nécessaire pour les USA de bien comprendre et réfléchir à des questions liées au pays du Milieu.

Premièrement, actuellement le pays asiatique n'est pas un challenger pour le maintien de l'ordre international.

La Chine d'aujourd'hui ne cherche pas à exercer une hégémonie comme le faisait l'ancienne Union soviétique. Il est certain que la pays a des ambitions de se renforcer et de monter en puissance, mais la Chine n'établit pas sa stratégie des relations internationales sous le principe d'un « jeu à somme nulle ». La Chine préconise une réforme des éléments irraisonnables de l'ordre international actuel selon les souhaits de la majorité des pays, mais elle ne tente pas de renverser l'ordre international. La Chine accueille favorablement les Etats-Unis à jouer un rôle actif en tant que pays d'Asie-Pacifique pour contribuer à la paix, la stabilité et la prospérité régionales. La Chine souhaite et est en train de travailler avec des pays d'Asie-Pacifique, y compris les Etats-Unis, pour l'établissement de l'ordre de l'économie, du commerce et de la sécurité en Asie-Pacifique. La Chine souhaite renforcer sa communication et sa négociation avec les Etats-Unis sur l'économie, le commerce, les problèmes nucléaires nord-coréen et iranien et les problèmes sur la Syrie, etc. Il n'est pas favorable pour les intérêts fondamentaux des Etats-Unis si ceux-ci poussent la Chine vers le côté opposé avec le principe d'un « jeu à somme nulle ».

Deuxièmement, les Etats-Unis ne doivent pas remettre en cause les intérêts fondamentaux chinois.

La République Populaire de Chine Chine actuelle n'est pas faible comme dans le passé. Elle s'engage à un développement pacifique, tout en s'appuyant sur sa position de plus en plus importante pour défendre ses intérêts fondamentaux, incluant ceux du territoire, de la souveraineté, de la sécurité, de l'unité, de la stabilité et du développement. Le respect mutuel des intérêts fondamentaux est la clé pour assurer le développement sain des relations bilatérales et traiter les dossiers politiques les plusi mportants. Selon la déclaration conjointe sino-américaine publiée en 2009, le respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale a été défini comme le principe fondamental pour guider les relations entre les deux pays, qui ont promis de ne pas soutenir toute action visant à « saper » ce principe. Si la politique étrangère des Etats-Unis et leurs actions portent atteinte aux intérêts fondamentaux chinois, cela suscitera certainement une riposte de plus en plus forte de la Chine, par laquelle les Etats-Unis ne devaient pas être « surpris ».

Dernièrement, semer et attiser la discorde entre la Chine et ses pays voisins n'apportera pas d'avantage aux Etats-Unis.

La Chine n'est pas égoïste. Elle maintien à long terme sa politique de bon voisinage, sûr et prospère pour promouvoir la paix et la stabilité dans la région d'Asie-Pacifique. Les pays asiatiques voisins ont pu en bénéficier, rendant les Etats-Unis inévitablement jaloux. Afin de protéger leurs propres intérêts, les Américains ont ajusté leur stratégie concernant l'Asie-Pacifique, ce qui ne doit pas être blâmé. Mais l'investissement stratégique, politique, économique et sécuritaire des Etats-Unis en Asie-Pacifique ne doit pas agir au détriment des intérêts de la Chine. Ce que les Etats-Unis ont fait récemment sur les questions des îles Diaoyu et la mer de Chine méridionale soulève des doutes, quant à une tentative d'attiser la discorde entre la Chine et ses pays voisins pour en tirer parti. Mais ils ont tort à cet égard.

L'existence de ces trois questions est due à la confiance mutuelle stratégique des deux pays. Les relations sino-américaines représentent de plus en plus d'importants facteurs affectant l'évolution de l'ordre mondial. En même temps, la complexité des relations sino-américaines est incomparable. Cela montre que les deux pays ont la responsabilité de traiter correctement leurs problèmes des relations bilatérales tout en portant une espérance réaliste et raisonnable de l'ampleur, de la profondeur et du processus du développement des relations sino-américaines.

La visite de Hillary Clinton en Chine sera probablement la dernière de son mandat. Si les deux parties saisissent cette occasion pour discuter franchement des questions épineuses dont elles se sont préoccupent, si les deux pays peuvent mieux se comprendre et avoir une confiance mutuelle pour trouver des solutions à certains problèmes, alors la visite de la secrétaire d'Etat américaine en Chine n'aura pas été inutile.


News we recommend

Les 10 plus célèbres en-cas de Pékin Paris et les Parisiens sous l'objectif d'un photographe français   En 2050, les étrangers seront-ils des travailleurs migrants en Chine ?
Mao et le mystérieux banquet d'Etat chinois   Une cérémonie de mariage chinois à l'ancienne Le J-10, chasseur chinois de troisieme génération
La soeur de la Joconde au Louvre Une bande dessinée pour témoigner de la croissance d'un enfant Les « morts » anormales des ponts en Chine


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les Etats-Unis doivent réfléchir à trois questions
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis