Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 08.02.2005 09h34
Estampes du Nouvel An de Yangliuqing

Les estampes du Nouvel An imprimées en xylographie au bourg de Yangliuqing, dans la banlieue de la municipalité de Tianjin, constituent un art folklorique original aux fortes couleurs locales. Elles ont balbutié sous le règne Chongzheng de la dynastie des Ming, de 1628 à 1644, et prospéré sous les empereurs Yongzheng (1723-1736), Qianlong (1736-1796) et au début du règne de l'empereur Guangxu (1875-1909).

Il y avait plusieurs milliers de modèles d'estampes. A leur apogée, le bourg et les 30 villages environnants travaillaient pour colorer et peindre les estampes. Les boutiques qui se succédaient au bourg recevaient d'incessants clients.

Les estampes du Nouvel An de Yangliuqing ont des affinités étroites avec la célébration du Nouvel An lunaire qui signifie non seulement la célébration de bonnes moissons, mais aussi la joie et l'espérance. Combinant la xylographie avec la coloration à la main, elles gardent les techniques picturales populaires et ont subi l'influence de l'Académie de peinture de la dynastie des Qing (1644-1911).

Elles présentent une grande richesse de sujets, un style de lignes régulières et de coloration vive, notamment concernant la figure du personnage, et manifestent un fort accent décoratif. Elles n'ont cessé d'inspirer les gravures sur bois ultérieures, et offrent une grande variété de sujets : portrait de divinité, gardien de la porte, peinture de belle femme, garçon doré, peinture de bon augure, animaux porte-bonheur, fleurs et oiseaux, paysage, personnage de théâtre, mythes et légendes. Mais les sujets favoris restent « La Bonne chance », « La Bonne Année », « La Chance et la fortune », « Le Bonheur et l'avancement », « La Richesse continuelle », « La Sérénité et la joie », afin de créer une atmosphère d'allégresse générale et d'avenir radieux pour la fête. Prenons par exemple l'estampe du Nouvel An : « Surplus d'année en année », qui présente un bébé aux joues rebondies avec une carpe entre les bras et des fleurs de lotus à la main. Comme le poisson se prononce en chinois de la même façon que le mot « surplus », la peinture signifie l'abondance : elle est devenue une estampe du Nouvel An classique. Dans l'histoire des gravures sur bois de Chine, les estampes du Nouvel An de Yangliuqing sont aussi connues que celles de Taohuawu, à Suzhou, en Chine du Sud.

Exprimant les sentiments et les désirs du peuple de façon allégorique ou réaliste, les estampes du Nouvel An de Yangliuqing ont tendance à refléter l'actualité et à décrire des contes historiques. Elles sont donc non seulement des oeuvres d'art, mais aussi des matériaux de valeur historique. Elles constituent depuis leur création un art combinant le réalisme avec le romantisme, et cette belle tradition reste vivace de nos jours.

(china.org.cn)

Source:



Adresse email du destinataire


 Découverte des plus anciens troglodytes et de fours à porcelaine privés (5)
 Découverte des plus anciens troglodytes et de fours à porcelaine privés (4)
 Découverte des plus anciens troglodytes et de fours à porcelaine privés (3)
 Découverte des plus anciens troglodytes et de fours à porcelaine privés (2)
 Découverte des plus anciens troglodytes et de fours à porcelaine privés
 La Chine au septième rang mondial quant à son influence culturelle
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.