Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 08:50
La marche vers le monde du Nouvel An chinois

Cette année, lors du Nouvel An chinois (fête du Printemps), des festivités de toutes sortes ont été organisées dans de nombreux pays (Pays-bas, France, Grande Bretagne, Etats-Unis, Australie, Thaïlande, etc.). A Londres, par exemple, plusieurs dizaines de milliers d'habitants sont descendus dans la rue pour assister à un défilé de chants et de danses de la fête du Printemps ; à La Haye, même l'Hôtel de ville était décoré de lanternes rouges.

Des personnalités politiques de certains pays ont non seulement honoré de leur présence des manifestations du genre, mais y ont aussi prononcé de chaleureux discours de félicitations à l'adresse des Chinois et de leurs ressortissants dans le monde entier. On voit par là que la plus importante fête traditionnelle chinoise qu'est la fête du Printemps est en train de se faire une place par-delà les océans.

La marche vers le monde du Nouvel An chinois est due principalement aux trois raisons suivantes : Premièrement, depuis l'application de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, la Chine joue un rôle de plus en plus important sur la scène politico-économique du monde et sa culture a un impact croissant sur ce dernier ; deuxièmement, avec le renforcement de sa puissance nationale, de plus en plus d'étrangers éprouvent le besoin de mieux connaître la Chine et les occasions se multiplient ; troisièmement, le progrès rapide de la mondialisation a donné une forte impulsion aux échanges entre les divers peuples du monde. Simultanément l'ouverture de la Chine permet à de plus en plus de Chinois de sortir du pays pour tenter un développement à l'étranger.

Parmi ces trois facteurs, le plus important est à n'en pas douter le premier. Cela parce que la Chine, bien qu'elle reste un pays en voie de développement, figure ces dernières années parmi les pays qui se distinguent le plus par le rythme de leur croissance économique et assument, par conséquent, une responsabilité de plus en plus lourde dans la relance de l'économie mondiale. Comme le statut international de la Chine s'est considérablement amélioré par rapport au passé, reconsidérer la Chine est d'ores et déjà devenu un thème important du 21e siècle et dans le processus de cette nouvelle connaissance, le choc de conceptions ou cultures différentes est inévitable. Cela nous rappelle une doctrine dite de progrès “la main dans la main” avancée par M. Peters, spécialiste américain de renom sur la communication. Selon lui, ce qu'il y a d'essentiel dans les échanges ne réside pas dans le partage des vues, mais dans une confiance ou un amour mutuels. Aussi, progresser “la main dans la main” s'avère-t-il plus essentiel que le fait de chercher à dissiper les malentendus. En vertu de cette doctrine, un échange réussi dépend primordialement de ce qu'on sache ou non se montrer généreux et juste avec son partenaire et traiter ce dernier sur un pied d'égalité. De ce point de vue, la marche vers le monde du Nouvel An chinois semble nous révéler une signification plus profonde que le fait même de célébrer la fête en dehors du pays.

La mondialisation économique a donné certes une impulsion à l'échange entre les divers peuples, mais il faut se rendre également compte que celui-ci est toujours accompagné de frictions, et qu'il aboutira inévitablement à la compréhension. Dans le monde d'aujourd'hui, s'il est capital de procéder à des dialogues entre les différentes cultures et civilisations, c'est qu'au fur et à mesure de l'élargissement et de l'accélération des échanges, tout pays a le besoin de se faire comprendre par les autres ou de ne pas donner lieu à des malentendus. La Chine ne fait donc pas exception. Pendant les 20 dernières années, d'un pays sous développé, celle-ci est passée d'un seul coup à la 6e place du palmarès mondial en ce qui concerne le volume total de son PIB, si bien qu'on a le sentiment que ce grand pays oriental doté d'un sens de valeur, d'un système social et des traditions culturelles tout à fait différents par rapport au reste du monde a parcouru, pendant ce laps de temps, le chemin que certains pays occidentaux ont pris plusieurs dizaines voire une centaine d'années à accomplir. Tout en faisant l'objet d'exclamations admiratives, le développement rapide de la Chine doit provoquer en même temps des malentendus, ce qui est tout à fait compréhensible. Cela démontre justement qu'il importe de promouvoir l'échange des cultures chinoise et occidentale.

L'été dernier, dans un discours prononcé à la cérémonie de clôture de l'Année de la Chine en France, le ministre français de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres a remarqué que la diversité culturelle constituait un modèle politique en faveur de la paix mondiale..., et que la coopération sur le plan culturel conduirait inévitablement à un partage de vues sur le plan politique. En voyant à la télé des scènes de festivités célébrées à Londres, à La Haye ou à New York, nous souhaitons du fond du cœur que les autres peuples aient davantage d'occasions comme la fête du Printemps de s'approcher de la Chine, de sa culture, ainsi que de son histoire et de ses réalités sociales. Ce n'est qu'à travers une connaissance en profondeur de la Chine qu'on parviendra à réduire les malentendus à son égard et à renforcer sa compréhension.



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.