Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 13:27
Des membres de l'équipage de Zheng He ont-ils des descendants en Afrique ?

Des archéologues du Kenya ont indiqué une statue de lion au sommet du mur. Cette statue, dont le style est entièrement différent du style local, semble relever de l'architecture de la Chine ancienne. Il se peut que « Shangjia » soit dérivé de Shanghai de Chine. Selon des archéologues britanniques, le village de Shangjia est tombé en ruines au milieu du XVe siècle à cause d'un incendie ou du manque d'eau potable, soit plusieurs décennies après l'arrivée de la flotte de Zheng He sur la côte de l'Afrique.

Selon des archéologues kenyans, cette tombe, au dehors du village, doit être celle d'un étranger. C'est probablement la tombe d'un marin chinois, vu le style architectural de la tombe et selon des histoires circulant sur son sujet.

Ce sont les membres du clan de Mohammed Shee auquel appartient Shiaruifu. Sur l'archipel de Lamu, ce nom de famille signifie « descendance de Chinois.

Selon ses caractéristiques, ont dit des archéologues kenyans, cette jarre est venue de Chine. Elle doit appartenir à un marin chinois.

Le 30 juin 2005, Mwamaka-Shiaruifu, descendant d'un membre de l'équipage de Zheng He, est parti participer à la célébration du 600e anniversaire des Voyages maritimes de Zheng He dans l' « océan de l'Ouest », à Taicang, dans la province du Jiangsu, Chine orientale, qui était le lieu de départ de la flotte de Zheng He. Shiaruifu restera en Chine pour y faire ses études universitaires, obtenant une bourse du gouvernement chinois. L'histoire des « descendants de membres de l'équipage de Zheng He » sur l'archipel de Lamu, au Kenya, a désormais une audience de plus en plus large.

Un bateau marchand chinois a fait naufrage il y a plusieurs siècles dans les parages de l'archipel de Lamu. Quelque 20 membres de l'équipage ont pu finalement monter à l'île de Patai dans l'archipel. Ils sont arrivés au village de Shangjia. Mais ils n'ont pu se faire accepter par les villageois qu'après avoir tué un boa dans les environs du village. Ils s'y sont installés et ont épousé des indigènes. Shiaruifu est, dit-on, descendu d'un marin chinois.

D'après la chronique chinoise, la flotte de Zheng He a gagné Malindi et Mombasa, sur la côte de l'Afrique orientale, en 1415, soit l'an 13 du règne Yongle de la dynastie des Ming. L'archipel de Lamu se trouve justement sur le passage que la flotte devait obligatoirement emprunter pour aller en Afrique orientale. Des érudits et des médias chinois sont d'avis que si des Chinois avaient effectivement des descendants sur la côte du Kenya il y a plusieurs centaines d'années, ceux-ci devraient être issus des membres de l'équipage de Zheng He.

(china.org.cn) 07/07/2005



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.