Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 16.02.2009 08h58
Une plainte réclamant le retour en Chine d'objets patrimoniaux volés sera difficile, selon un professeur de droit

La poursuite exigeant le retour en Chine de deux objets culturels nationaux chinois, qui seront mis aux enchères à Paris, a peu de chances de succès, selon Wang Yunxia, professeur de droit spécialisé dans les objets antiques patrimoniaux de l'Université du Peuple de Chine.

Un collectif de 81 avocats chinois a écrit à la maison Christie's pour empêcher la mise aux enchères de deux sculptures en bronze de têtes de lapin et de souris de la Dynastie des Qing (1644-1911), dérobées par les forces alliées anglo-française durant la seconde guerre de l'opium en Chine en 1860.

Ils ont également adressé une lettre à Pierre Bergé, actuel propriétaire des sculptures, lui demandant de les restituer à la Chine.

Le groupe engagera une action en justice contre Pierre Bergé en France, si leurs lettres ne reçoivent pas de "réactions positives". Le géant des enchères Christie's, qui a programmé la vente des sculptures du 23 au 25 février, sera nommée dans la plainte en tant que tierce partie.

"Avec tout mon respect pour leur sincérité et leur patriotisme, je pense que la poursuite a peu de chances de réussite," estime Wang Yunxia.

La Chine et la France ont signé la Convention d'Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, de 1995, destinée à faciliter la restitution et le retour des objets antiques culturels.

Mais selon Wang Yunxia, le fait que la convention ne peut être appliquée rétroactivement est un grand obstacle. "La convention, dit-elle, ne peut servir que seulement pour les objets volés ou illicitement vendus après l'entrée en vigueur de la Convention."

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a invité en mai 2002 Mme Wang et sept autres experts à jeter les bases d'un projet de déclaration de principes concernant les objets culturels "déplacés" durant la Seconde Guerre mondiale.

Les deux sculptures en bronze faisaient partie d'un ensemble de douze têtes, par lesquelles coulait l'eau de la fontaine zodiacale décorant le Pavillon de la mer calme, dans l'ancien Palais d'Été de l'empereur Qianlong (1736-1795).

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Réclamation de la restitution des objets anciens pillés au Yuanming Yuan
 Beijing accueille l'exposition du patrimoine immatériel
 Jackie Chan parmi les cent stars les plus rentables selon Forbes
 L'exposition de photos consacrée au 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France (le Quotidien du peuple en ligne, page 3)
 Le Festival international du film de Berlin fête les 30 ans de Zhang Ziyi (4)
 Le Festival international du film de Berlin fête les 30 ans de Zhang Ziyi (3)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.