Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 06.03.2009 16h32
Diverses idées sur la récupération des objets d'art du Yuanmingyuan

Le quotidien français en langue chinoise « Nouvelles d'Europe » a publié le 24 février un article intitulé « L'importance capitale de la poursuite engagée en vue de la restitution des têtes d'animaux en bronze de Yuanmingyuan », dans lequel il est dit que certaines personnes n'ont ni honte et ne s'excusent pas et que ce qu'elles ont c'est le mépris à l'égard de l'histoire et l'aspiration aux profits. Si l'on dit que le pillage et le vol par les troupes coalisées franco-anglaises des sculptures en bronze de têtes d'animaux ont apporté à la nation chinoise humiliation et opprobre, alors aujourd'hui, la vente aux enchères qui semble être civilisée et légale entreprise par certains organismes commerciaux ainsi que les agissements de certaines autres personnes en vue de parvenir à leur but politique stimuleront et encourageront l'ardeur et l'enthousiasme de l'ensemble des habitants d'origine chinoise de notre planète à s'unir et à conjuguer leurs efforts en vue de récupérer les trésors et la dignité qui leur appartenaient autrefois.

Le sentiment national ne doit pas être bafoué.

Les prix exorbitants des têtes d'animaux en question traduisent le sentiment national bafoué, méprisé et outragé.

Il est impossible pour nous de refuser la demande du retour au pays des objets d'art volés, mais nous devons refuser les prix exagérés qu'exigent la partie vendeuse, et la raison c'est que ces deux têtes d'animaux en bronze ont été dérobés à leurs propriétaires et que si l'on accepte ces prix extravagants ce serait comme si l'on est d'accord avec la partie adverse quant au règles de jeu qu'elle impose d'avance, car une fois ce genre d'exemples odieux et abominables mis en place, tous les autres bandits qui se sont accaparés de pareils butins feront de même et nous seront alors obligés de jouer à ce jeu de poursuite et de récupération des objets d'art volés en les payant à des prix de plus en plus exorbitants. Les dépenses pour cela sont tout à fait inutiles alors que cette attitude est stupide, sotte et niaise !

Dans le cas où notre raison n'a pas été « prise en otage » par notre sentiment, alors la meilleure façon de faire face à la situation où les têtes d'animaux vont être mises aux enchères, c'est de se tenir tranquille en attendant la suite de l'affaire. On laisse alors agir les spéculateurs et on profite de l'occasion pour faire connaître au monde entier les actes honteux et condamnables d'agression, de pillage, de vol et de destruction commis par l'Armée coalisée anglo-française durant les guerres de l'Opium au 19ème siècle, ce qui fera comprendre aux peuples du monde, y compris le peuple français et le peuple britannique, que les deux têtes de bronze de lapin et de rat appartenaient à la Chine.

(Auteur : Wei Hang)

La restitution de plein gré des têtes d'animaux en bronze ferait que le retour au pays de ces objets revêtirait son sens véritable.

Ces objets d'art nous appartiennent, c'est pourquoi nous de renoncerons jamais de notre gré à notre droit de propriété sur eux. Dans le cas où ils reviendraient à nous un jour, ce serait alors pour le mieux. Mais, la signification importante du retour au pays de ces objets n'est pas liée au lavement de l'humiliation, de la honte et de l'opprobre. Si un de ces jours, les détenteurs de ces objets décident de leur plein gré de les restituer à leur propriétaire, ce serait alors une très bonne chose qui marquerait le véritable sens du retour au pays des sculptures en bronze des têtes d'animaux La restitution de plein gré serait nécessairement le résultat du développement de la civilisation humaine ainsi que celui de la coopération amicale entre des deux pays et les deux peuples de la Chine et de la France.

(Auteur : Xie Yuhang)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Il faut éviter de s'expliquer trop sur la vente aux enchères des sculptures en bronze du Yuanmingyuan
 Shan Jixiang : l'AEPCC contribuera par ses efforts à la restitution à la Chine des anciens objets d'art écoulés illégalement à l'étranger
 La restitution a-t-elle un prix ?
 Le gouvernement chinois nie toute implication dans la vente aux enchères des deux bronzes du Yuanmingyuan
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (8)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (7)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (6)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (5)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (4)
 Le Yuanmingyuan avant d'être incendié (3)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.