100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 16.10.2009 15h37
Foire du Livre de Francfort : débat animé sur le « Modèle chinois »

Le Forum sur l'économie chinoise ayant pour sujet « La réforme et le développement économique en Chine (1978-2009) » a été tenu le 14 octobre dans l'après-midi à l'Hôtel Maritim de Francfort, en Allemagne. Ledit forum appelé première activité de la Chine en tant qu'hôte d'honneur à la 61ème édition de la Foire internationale du Livre de Francfort a suscité un vif intérêt de la part des participants à la Foire et des personnalités chinoises et étrangères connues, des sinologues et des spécialistes se sont réunis pour débattre chaudement du modèle de développement de la Chine.

L'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a pris la parole et a tenu en premier lieu à présenter ses meilleures félicitations à l'occasion du 60ème anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Il a indiqué les activités de la Chine, en tant qu'invité d'honneur à la Foire, ainsi que les échanges culturels qui y seront menés contribueront au renforcement des relations entre la Chine et l'Allemagne ainsi qu'entre la Chine et l'Europe. Il a hautement apprécié l'établissement de relations de coopération stratégique entre la Chine et l'Union européenne et a insisté sur le fait que l'Europe puissante ne doit pas considéré la Chine puissante comme un adversaire, mais plutôt comme un partenaire. Il a affirmé qu' « une Chine stable et réussie répond aux intérêts fondamentaux de l'Europe ». Il a indiqué que l' application en Chine de la politique d'ouverture sur l'extérieur et de la ligne de modernisation lui a permis de résoudre avec succès les problèmes de sa population rurale forte de plusieurs centaines de millions d'habitants qui ont pu se débarrasser de la misère et de la pauvreté. Parlant des échanges de la Chine avec l'extérieur, il a fait remarquer que celle-ci applique une politique pragmatique qui consiste à régler les litiges et les différends par voie pacifique de négociations, ce qui lui a permis d'obtenir des résultats positifs et des progrès substantiels dans le règlement de nombreux problèmes chauds, y compris celui de Taïwan.

Quant aux économistes qui ont participé aux débats, ils ont expliqué chacun sous son angle de vue son idée sur le ‘miracle chinois'. Au cours des trente années à partir de la fin des années 70 du siècle dernier, la Chine a connu de grands et profonds changements d'une ampleur sans précédent dans l'histoire de l'humanité. La Chine a réussi à maintenir une croissance économique rapide durant consécutivement trente ans, laquelle a complètement changé l'aspect de la société chinoise, a amélioré sensiblement et nettement le niveau de vie de sa population de 1,3 milliards d'habitants et a réalisé pour l'essentiel un système économique socialiste de marché à la chinoise. Ils ont souligné que ce genre de développement et de changement continuel et rapide de grande envergure et de longue durée est très rare dans l'histoire mondiale, c'est pourquoi un grand nombre d'observateurs chinois et étrangers lui a donné le nom de « miracle chinois ».

Le Professeur Edmund S. Phelps de l'Université de Columbia et Prix Nobel d'économie 2006 a fait de manière exhaustive et pénétrante un exposé sur l'innovation et l'esprit créateur des chefs d'entreprises en partant de la proposition fondamentale de l'éthique occidentale – l'aspiration au bonheur de l'être humain et a pleinement et positivement apprécié l'apparition continuelle de création et d'innovation en Chine depuis la réforme de son économie. Ila proposé à la Chine de créer davantage de conditions en matière de système permettant la libération plus en profondeur de l'innovation et de l'esprit des chefs d'entreprises.

L'économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale Justin Yifu Lin a fait une analyse, sous l'angle de vue avancé du développement des sciences économiques, de la voie de réussite de la Chine. Il a indiqué que la stratégie du développement de la Chine a en même temps rectifié la tendance au bond en avant surexcité contraire à l'avantage comparatif et évité le choc économique de certains pays en transition de l'Europe de l'Est. En tenant compte de l'avantage comparatif des différentes phases de développement, la Chine a poussé petit à petit et progressivement la montée en génération industrielle. Contrairement au courant d'idées du néo-libéralisme, l'Etat a toujours joué un rôle important et positif dans tout le processus de développement. En tant qu'économiste en chef de la Banque mondiale, Justin Yifu Lin tente de mettre au point une nouvelle théorie des sciences économiques du développement en tenant compte des expériences acquises par la Chine et par certains pays de l'Asie orientale dans leur développement, ce qui sera utile pour les pays en voie de développement et contribuera au développement théorique des sciences économiques. Sa conclusion est claire et nette sur ce point-là : il est possible aux autres pays en voie de développement de réussir comme la Chine et de remporter des succès similaires ».

Quant au Professeur Athar Hussain, Directeur du Centre de recherches sur l'Asie de l'Institut des Sciences économiques et politiques de Londres, un observateur de carrière expérimenté et chevronné qui avait travaillé en Chine dans les années 60 du siècle dernier en tant qu'expert étranger, Il a fait le bilan et l'éloge de la réforme économique chinoise et a par ailleurs avancé des propositions et des suggestions sur les étapes et les défis, en terme de développement, qui attendent la Chine dans son avancée et sa progression vers la modernisation.

Carsten Herrmann-Pillath, économiste allemand et Directeur de l'Institut de commerce de l'Université de Francfort, sous l'angle de vue de la structure psychologique sociale et des sciences humaines culturelles, a analysé de façon intéressante et originale le sens de valeur des Chinois. Il a indiqué que les savants culturels allemands ont été très étonnés de découvrir que la culture chinoise envisage et considère les choses du point de vue à long terme et de l'avenir qui lui est tout à fait particulière et qu'elle nourrit un esprit optimiste face à l'incertain du futur. Cet esprit-là, a-t-il insisté, est la preuve d'un grand courage et d'une obstination pour les tentatives innovatrices audacieuses.

Des économistes chinois ont également participé aux débats. Le professeur Shi Zhengfu de l'Université Fudan de Shanghai, en partant du rôle joué par les gouvernements locaux en tant que sujet principal de la réforme, a tenté de mettre en perspective, du point de vue de l'économie politique et de l'histoire du monde, la logique de la réforme chinoise et le choix d'une voie chinoise de développement. Quant au professeur Chen Ping, il a expliqué de façon pénétrante et incisive les expériences chinoises difficiles à définir justement et correctement dans le cadre idéologique actuel. De par son dynamisme et sa vitalité ainsi que par sa voie de développement qui fait table rase de toutes les conventions démodées et règles périmées, la pratique chinoise apporte une importante contribution aux expériences de l'humanité et en même temps lance un défi à l'auto-connaissance de soi-même de l'être humain.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Procès des émeutes du Xinjiang
La nouvelle norme MTC créée
Conviction et scepticisme sur l'IBED
Polémique autour de la nomination de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD
Le protectionnisme de l'UE contre la Chine s'aggrave et devient de plus en plus sérieux