100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 24.11.2009 16h07
La Chine songe à indemniser les propriétaires des antiquités chinoises dispersées à l'étranger

« Le gouvernement chinois tient toujours à récupérer les antiquités chinoises dispersées à l'étranger, selon les lois de la communauté internationale sur la restitution des antiquités dispersées illégalement, par voie de coopération internationale et par voie juridique et diplomatique. » a souligné le 23 novembre Shan Qixiang, directeur du bureau des vestiges historiques de Chine.

Selon M. Shan, la dispersion des antiquités chinoises existe depuis longtemps et les raisons de cette dispersion sont complexes. Lors de la récupération des antiquités chinoises, il faudra se servir des voies juridique, diplomatique et de coopération internationale en distinguant les différents cas. Après des années de pratique, un système de travail qui fait appel à ces divers moyens a été établi par le bureau des vestiges historiques de Chine.

Selon M. Shan, les antiquités chinoises dispersées à l'étranger du fait de vol, de viol de sépultures et de fraude, seront récupérées principalement selon les conventions internationales et par les voies juridique et diplomatique. « En même temps, nous encourageons les organismes amicaux étrangers, les amis étrangers, ainsi que les Chinois d'outre-mer, à rendre les antiquités chinoises perdues. Sous la promesse de détenir la propriété des antiquités, nous songeons à indemniser les propriétaires selon les conventions et l'esprit internationaux, afin que plus de vestiges historiques puissent rentrer en Chine. » a révélé Shan Qixiang.

Quant à la vente aux enchères du sceau en jade de l'empereur Qianlong qui a eu lieu il y a peu de temps dans une maison de vente aux enchères étrangère, Shan Qixiang a répété : « le gouvernement chinois attache une grande importance aux vestiges historiques dispersés à l'étranger et soutient leur récupération par la patrie. La Chine proteste contre la vente aux enchères d'antiquités chinoises pillées et dispersées illégalement, et elle proteste contre l'achat de ces antiquités par des individuels et des organismes à l'intérieur du pays. Nous appelons les sociétés de vente aux enchères des pays étrangers à observer l'esprit des conventions internationales concernées, à ne pas être âpres au gain et à respecter le sentiment du peuple des pays propriétaires. »

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: 139 mineurs pris au piège lors d'un coup de grisou (nord-est)
Cours de danse des étudiants sourds –muets
Paris discute de projets de nouveau métro
Match France-Eire : pourquoi on s'en prend seulement à Thierry Henry ?
Un président pour l'Union européenne, une bonne nouvelle pour les relations avec la Chine
Le football africain connaît un essor prodigieux
Mondial 2010 : la « Main de Dieu » de Thierry Henry offre la qualification à la France, mais elle encoure la réprobation publique