100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 24.12.2009 14h53
James Cameron en Chine pour faire la publicité de son film « Avatar »

Une cérémonie a eu lieu le 23 décembre à l'occasion de la première du long métrage de fiction américain « Avatar ». James Francis Cameron, le réalisateur du film, qui se rend au Japon pour faire la publicité d'« Avatar » et qui est de passage à Beijing, a assisté à la cérémonie.

James Cameroun tient pleinement compte de l'importance du marché chinois.

La raison pour laquelle James Cameron est venu spécialement à Beijing pour la première du film c'est naturellement l'énorme marché chinois qui l'attire et il est tout à fait conscient de la grande potentialité de celui-ci. En Chine, il a fallu seulement le temps d'une année pour que le nombre de l'écran numérique trois dimensions de zéro parvienne à six cent, ce qui place ce pays au deuxième rang du monde quant à la possession de ce genre d'écran après les Etats-Unis qui en possède plus de mille cinq cent. Weng Li, porte-parole de China Film Group Corporation (CFGC) et Directeur Général Adjoint de la Société de distribution et de projection de CFGC, a indiqué qu'en Chine, la chaîne cinématographique du courant principal est doté de quatre mille six cent écrans, c'est pourquoi « personne dans le monde ne peut ignorer ni sous estimer ce marché et c'est la raison pour laquelle James Cameron, qui est tellement occupé, a quand même décidé de consacrer une journée pour venir en Chine faire la publicité de son nouveau film ‘Avatar'».

Il est souhaitable que la Chine importe encore plus de films à grand succès.

La Chine applique actuellement à l'encontre de l'importation de films étrangers à grand succès le système des quotas et chaque année l'Etat autorise seulement l'introduction de dix films à grand succès dont les comptes seront séparés. Dans la situation actuelle où le cinéma hollywoodien est trop puissant dans le monde, le système des quotas est le seul moyen permettant de protéger l'industrie cinématographique nationale et la Corée du Sud est un bon exemple pour cela.

Bien que James Cameroun évite d'aborder directement le sujet des quotas, mais il a exprimé son souhait de voir la Chine importer davantage de films étrangers. Il a tout d'abord fait l'éloge de l'industrie chinoise du cinéma en indiquant qu'en Chine, les producteurs de cinéma, y compris personnes et sociétés, sont forts et capables et qu'ils sont très appréciés et très respectés dans le monde, et d'ajouter qu'il lui semble que « maintenant, il n'est plus nécessaire d'assurer comme avant une protection à un degré aussi élevé ». Puis, il a poursuivi en disant que la projection de films hollywoodiens à grand succès a plus d'avantage que d'inconvénient, car « dès qu'un film connaît le succès et fait de bonnes recettes, l'événement attirera les spectateurs qui afflueront dans les salles de cinéma, ce qui élèvera en même temps et la fréquentation et la billeterie ».

Démarcage des œuvres d'Hayao Miyazaki ? Cela ne m'est jamais venu à l'idée !

Du point de vue technologique, le film « Avatar » est certainement un produit cinématographique avancé, mais on l'accuse d'être un démarcage grossier des idées conceptrices d'Hayao Miyazaki, qui est actuellement l'un des plus réputés créateurs de dessins animés au monde et dont les œuvres ont une portée universelle. Certains disent que la colline Alleluia dans « Avatar » ressemble fort à l'idée de l'île flottante dans « Sky City ».

James Cameron a insisté qu'il n'a jamais eu l'idée de copier ni de plagier les œuvres d'Hayao Miyazaki. Quant à l'idée de la colline flottante et te l'île flottante, il a expliqué que c'est évidemment une pure coïncidence et que peut-être lui et Hayao Miyazaki, ils ont eu cette inspiration dans leur rêve.

Il a continué en affirmant qu'en réalité l'idée de la colline Alleluia lui est venue du mont Huangshan de la Chine. « Les versants abrupts et escarpés, la qualité serrée des roches, ainsi que les pics entourés de nuages flottants m'ont donné l'inspiration, et ce que j'ai pu faire c'est de placer la colline dans le ciel. Je n'ai pas eu le temps de me rendre en Chine pour cela, mais mon groupe de tournage y a envoyé des spécialistes pour choisir des sujets et pour prendre des photos. Après leur retour, les sujets et les images ont été visualisés et il a été décidé d'assimiler certains éléments. », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
grave
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
La Chine continuera à lutter contre la pornographie sur Internet et sur téléphone portable
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps