100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 12.04.2010 14h41
L'interdiction des abréviations en anglais alimente le débat

Le chinois utilisé à la télévision doit-il utiliser des abréviations en langue anglaise, au nom de la simplicité ? Ou doit-il utiliser des équivalents en chinois plus longs, au nom de la préservation de la pureté de la langue chinoise ?

Les citoyens chinois, simples téléspectateurs ou linguistes chevronnés sont partagés sur ce sujet.

Le débat fait actuellement rage sur le fait de savoir si le chinois doit ou non utiliser des abréviations en langue anglaise pour des termes comme « NBA » ou « GSM », après que les présentateurs aient reçu l'ordre d'utiliser une traduction en chinois des abréviations étrangères dans leurs programmes.

Le but avoué de ces restrictions était d'apaiser les inquiétudes au sujet du trop grand nombre d'abréviations en anglais présentes dans la langue chinoise, qui pourraient souiller la pureté de la langue et de la culture chinoises.

Mais sur internet, les internautes chinois doutent du bien-fondé de la décision des autorités.

« Est-ce que mon ID (identité) est désormais en danger ? » a raillé un internaute du nom de « unluckeyfreak13 » dans un message mis en ligne sur le forum de www.tianya.cn.

« Donc, si j'ai bien compris, nous allons peut-être devoir utiliser ‘Groupe d'experts en images animées couche trois' (moving picture experts group audio layer three) pour parler du simple ‘mp3' », a dit de son côté « b828 », un autre internaute.

Pour Qin Ning, qui a signé un article dans l'édition de vendredi du Beijing Times, vouloir maintenir la pureté de la langue chinoise au moyen d'une interdiction généralisée des mots anglais en chinois témoigne d'un manque de confiance.

« L'utilisation raisonnable de certains mots anglais dans le chinois facilite en effet la communication quotidienne et les échanges culturels », dit M. Qin.

Les abréviations en anglais pour des termes spécifiques comme « NBA » sont utilisés dans les émissions pour faire plus court, et utiliser leur traduction en chinois ne fera que rendre l'expression plus longue et plus lourde, a dit, dans un commentaire publié sur 163.com le commentateur de Netease Sports, Liu Xiao.

Le Qianjiang Evening News, de la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, cite Sun Zhengping, célèbre présentateur sportif de la television d'Etat chinoise (CCTV), qui a confirmé avoir reçu une note ordonnant aux présentateurs de télévision de s'abstenir d'utiliser des abréviations en anglais pour des mots tels que « NBA », « GDP », « CPI » ou « WTO » dans leurs émissions.

Cependant, Sun Zhengping a déclaré au journal que ces abréviations ne sont pas complètement interdites, mais elles doivent être utilisées avec leur traduction en chinois.

Ainsi, en parlant des matches de la NBA lors de l'émission de nouvelles sportives de 6h de vendredi dernier, le présentateur a-t-il dit « La NBA, c'est à dire l'Association Nationale du Jeu de Basket-Ball des Etats-Unis », au lieu de l'ancienne façon de dire tout simplement « la NBA ».

Cependant, des abréviations comme « NBA » ou « CBA » (équivalent chinois de la NBA) sans traduction en chinois étaient toujours présentes sans traduction dans les sous-titres défilants et les images de présentation des programmes de la chaîne.

Certains internautes soutiennent tout de même la décision des autorités.

« Je suis pour cette restriction », a dit un internaute du nom de « x860 ». « Je doute que les télespectateurs les plus âgés, et notamment ceux qui vivent en zone rurale, comprennent ce que veut dire exactement CPI ».

« En Chine, il serait sans doute mieux de rendre la langue chinoise compréhensible à tous les citoyens chinois », a de son côté dit un internaute du nom de « Lu Jian Bu Ping ABC ».

Les ajustements linguistiques ne sont pas chose nouvelle en Chine, et la langue chinoise s'est toujours montrée ouverte aux innovations afin de maintenir sa vitalité, a dit lors d'un entretien téléphonique avec Xinhua Zhang Yiwu, professeur à l'Université de Beijing.

De nombreux mots du chinois moderne ont en effet été « empruntés » à des concepts occidentaux ou sont d'origine japonaise, a-t-il fait remarquer.

Et les mots d'origine étrangère ne sont adoptés que lorsqu'ils conviennent à la culture chinoise, aussi n'y a-t-il pas lieu, selon lui, de faire toute une histoire au sujet d'un soi-disant « traumatisme culturel ».

Cependant, a-t-il averti, cet argument ne doit pas non plus justifier une « occidentalisation » à outrance de la langue.

L'utilisation officielle de la langue doit être normalisée, et de la flexibilité est nécessaire afin de maintenir la langue en phase avec la société moderne, dit le professeur Zhang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Prochaine discussion à New York entre six puissances mondiales sur le problème nucléaire iranien
Kirghizstan: l'opposition affirme avoir pris le pouvoir et formé un nouveau gouvernement
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?