Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 06.12.2010 08h49
Les dérives de la vogue du patrimoine

De plus en plus de lieux touristiques cherchent à être inscrits au Patrimoine mondial de l'humanité. Les 5 lacs du paradis du Heilongjiang et le Lac de l'Ouest de Hangzhou, dans la province de Zhejiang, sont parmi les derniers sites à avoir postulé à l'UNESCO. Leurs dossiers vont être examinés l'an prochain. Jusqu'ici, la Chine est parvenue à faire inscrire pas moins de 40 sites sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité. Alors que l'enthousiasme pour le patrimoine bat son plein, les experts mettent en garde contre les motivations commerciales qui se cachent parfois derrière les candidatures.

Le 1er août 2010, à l'occasion de sa 34ème réunion, le Comité du patrimoine mondial a pris la décision d'ajouter les reliefs de Danxia à la liste du patrimoine mondial. Cette reconnaissance a considérablement revigoré l'industrie du tourisme de la région de Danxiashan, dans la province du Guangdong. Cette année, lors des vacances de Mai, l'afflux de touristes a augmenté de 70% par rapport à la même période de l'année précédente. Les fermiers de la région en profitent. Beaucoup d'entre eux ont transformé leur maison en auberge de vacances, dans lesquelles les touristes se rendent gaiement.

Propriétaire d'une auberge de vacances

"Les chambres de mon hôtel familial sont occupées presque tous les jours. Les visiteurs proviennent d'endroits différents. On a notamment accueilli des Japonais et des Sud-coréens."

Toutefois, gardez-vous de penser que le label "Patrimoine mondial" n'a que des bons côtés. Shi Lin, la "forêt de pierres" de la province du Yunnan, figure elle-aussi dans la liste du patrimoine mondial. Le nombre de touristes a augmenté mais les fonds investis dans l'agrandissement des infrastructures touristiques sont si importants que leurs gestionnaires ont à présent du mal à joindre les deux bouts. A vrai dire, dans de nombreux pays, la lutte pour faire inscrire un site à la liste du patrimoine mondial a connu des épilogues douloureux. Et les défis, économiques et spirituels, ne manquent pas. Il a coûté 120 millions de RMB au Mont Danxia de se préparer à candidater. La majeure partie de cette somme a été dépensée dans les travaux de rénovation des alentours du site. Par ailleurs, le délai d'attente est assez long pour que mêmes les candidats les plus patients soient parfois tentés d'abandonner. La forêt de pierres du Yunnan a ainsi dû attendre seize ans pour que sa candidature soit finalement acceptée. Les experts appellent à faire preuve d'une attitude plus responsable vis-à-vis du statut de "Patrimoine mondial".

Wang Fengwu

Vice-directeur

Association des Sites touristiques de Chine

"Le but ultime de l'inscription à la liste du Patrimoine mondial est de préserver les précieuses ressources dont nous avons hérité. Une telle reconnaissance ne doit pas être instrumentalisée dans le seul but de faire des profits financiers."

Les gains commerciaux peuvent être l'heureuse conséquence des efforts mis en place afin de protéger le patrimoine culturel et naturel. Mais ils ne sont en aucun cas leur but ultime.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations