Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 01.01.2011 10h21
Chine : les départements d'administration renouvellent leur appel pour une supervision citoyenne des informations

Les départements d'administration des médias de la Chine ont appelé de nouveau vendredi le public à signaler les informations fausses ou trompeuses au moyen des trois lignes téléphoniques du gouvernement.
Ces trois lignes sont gérées par l'Administration nationale de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision, l'Administration générale de la presse et de l'édition ainsi que l'Association nationale des journalistes de Chine.

Ces trois organisations ont publié vendredi un communiqué pour sensibiliser le public aux informations fausses ou trompeuses.

Selon le communiqué, si la falsification est avérée, les journalistes et fonctionnaires impliqués feront face à des sanctions sévères.

Le 28 octobre, l'Administration générale de la presse et de l'édition a critiqué six médias pour avoir rapporté des fausses nouvelles.

En juillet, le Gansu Daily, un quotidien important de la province du Gansu (nord-ouest), a rapporté que Xi'an, la capitale de la province du Shaanxi, deviendrait la cinquième municipalité à être directement administrée par le gouvernement central. Cette fausse information a affecté le marché boursier, provoquant une forte volatilité des titres liés au Shaanxi.

Les journalistes et les organisations responsables de fausses informations ont publié des rectificatifs, et reçu des sanctions.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient le dialogue entre la RPDC et la République de Corée et insiste sur les pourparlers à six
Un haut fonctionnaire du PCC rencontre le premier chauffeur de train à grande vitesse de Chine
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse