Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 05.01.2011 13h33
Calligraphie: un artiste coréen s'inspire du style chinois

Lee Jae Hao est un calligraphe sud-coréen. Son nom signifie "le tigre au logis". Mais il semblerait que le tigre se soit lassé de sa tanière et veuille voir du pays. M. Lee rêvait en effet de venir en Chine poursuivre son étude de la calligraphie chinoise. Après 30 ans d'efforts, c'est aujourd'hui chose faite.

Lee Jae Hao est un aficionado de la peinture traditionnelle chinoise à l'encre et notamment des lavis. Cette technique de peinture permet de créer une impression de grande profondeur, rehaussant la beauté des peintures.

A l'âge de six ans, Lee Jae Hao a commencé à apprendre les caractères chinois auprès de son père. C'est à cette époque que son intérêt pour l'art chinois a commencé à se manifester. Durant les 30 années qui ont suivi, Lee Jae Hao a toujours voulu faire un voyage en Chine pour visiter le pays d'origine des lavis à l'encre. Son intérêt pour la Chine est très profond et son bureau en Corée est décoré à la chinoise, un intérieur qui ne manque pas d'impressioner ses amis chinois.

La première exposition des oeuvres de Lee Jao Hao a eu lieu dans le cadre d'un échange universitaire. Ses amis chinois lui ont alors demandé sur un ton badin de venir en Chine pour continuer son étude de la peinture chinoise. Lee a évidement sauté sur l'occasion.

Son rêve de voyager en Chine est alors rapidement devenu une réalité. Lee Jae Hao a intégré l'Académie centrale des Beaux-Arts de Chine pour y étudier la peinture chinoise. Son professeur n'est autre que le célèbre peintre Zhao Ping.

Zhao Ping

Maître de conférence

Académie centrale des Beaux-Arts

"Quand je vois ses peintures, je sens qu'il n'a pas encore vraiment réussi à capturer l'essence de la peinture chinoise. Mais sa calligraphie laisse en penser qu'il a un grand potentiel"

Lee Jae Hao a appris les techniques de la peinture chinoise très rapidement. Néanmoins, il a encore des difficultés à exprimer la culture chinoise que renferment les peintures traditionnelles.

Lee Jae Hao

Calligraphe

"Je trouve ça très dure car je ne possède pas une compréhension très profonde de la culture chinoise et donc c'est encore difficile pour moi de l'illustrer correctement dans mes peintures."

A Beijing, les quartiers de Panjiayuan et de Liulichang, dans le sud de la ville, abritent des marchés d'antiquités biens connus du public où l'on vend aussi de nombreuses oeuvres d'art. Ces deux dernières années, Lee Jae Hao s'est rendu fréquemment dans ces deux endroits. Pour lui, il ne s'agit pas simplement de se fournir en pinceaux et en encre mais bel et bien de s'imprégner de la culture locale.

Zhao Ping

Maître de conférence

Académie centrale des Beaux-Arts

"Ses progrès considérables se reflètent dans ses peintures. Il a vraiment beaucoup progressé. Il est capable de faire passer beaucoup plus d'émotion dans ses tableaux, c'est le résultat de sa connaissance plus profonde de la culture chinoise. "

Lee Jae-Hao a bientôt fini ses études en Chine. Il ambitionne désormais de se consacrer à l'échange culturel entre la Corée du Sud et la Chine. Il a également l'intention d'enseigner les caractères chinois à ses enfants et de leur faire découvrir la culture chinoise.

Lee Jae Hao

Calligraphe

"Maintenant, je sens que j'ai devant moi un brillant futur plein de nouvelles opportunités."

Durant les deux années qu'a passé Lee Jae Hao en Chine, il s'est fait plein de nouveaux amis qui le considèrent comme leur propre famille. Tous ses amis lui souhaitent bonheur et prospérité pour la nouvelle année.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le froid intense se poursuit au sud de Chine
L'Année d'amitié sino-pakistanaise lancée à Islamabad
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse