Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 16.02.2011 11h21
C'est à nouveau la ruée vers l'or pour les films en 3D

Trois nouveaux films en 3D sont projetés au public lors du 61e Festival du film de Berlin, manifestation annuelle.

La course pour donner une audience de masse aux films 3D a commencé l'année dernière, avec la super-production de James Cameron, « Avatar », le film qui a le plus rapporté dans l'histoire du cinéma. Il a été rapidement suivi par des films comme « Alice au Pays des Merveilles » de Tim Burton ou du film d'horreur « Saw ».

Mais en ce moment, le film dont tout le monde parle au Festival de Berlin est « Pina », un extraordinaire documentaire sur l'art en 3D sur la légendaire chorégraphe allemande Pina Bausch.

Le réalisateur allemand Wim Wenders, à qui l'on doit déjà « Les ailes du désir » ou « Buena Vista Socila Club », a choisi, pour son dernier film, de parler de la danse moderne en utilisant une innovation technologique, le cinéma stéréoscopique.

Au rez-de-chaussée de l'EFM, la nouveauté de cette tendance a amené les acheteurs à se presser autours des distributeurs qui proposent tout ce qui tourne autour de la 3D.

Bridget Pedgrift, Directrice marketing de Protagonist Films, pense que l'une des raisons pour laquelle son stand à l'EFM connaît une solide fréquentation est due aux films 3D qu'il propose. L'année dernière, son entreprise a vendu « Street Dance 3D ».

« Quand nous avons eu 'Street Dance' l'année dernière, il y avait un intérêt énorme », a dit Mme Pedgrift. « C'était le début de la révolution 3D. Maintenant, il nous semble que la 3D est entrée dans l'esprit de tout le monde. Vous avez donc besoin d'avoir un film qui soit vraiment bon. Parce que vous ne le vendrez pas du seul fait qu'il est en 3D ».

Erwin Schmidt, le producteur 3D de « Pina » a dit à Xinhua que « Pour nous, la motivation de gagner plus d'argent n'existait pas ».

« Il n'y avait que 25 écrans sur le marché quand nous nous sommes lancés dans l'aventure », a t-il dit.

Discussions, spéculations ou opinions sur la dernière tendance qui est de tomber à bras raccourcis sur l'industrie du film ne manquent pas. Cependant, il ne faut pas oublier que les cinémas qui possèdent des moyens de projection et des écrans adéquats sont encore trop peu nombreux.

Margarete Semenowicz, qui assiste au Festival, a beaucoup aimé le film français « Contes de la Nuit », qui a participé à la compétition avec sa combinaison d'animation de silhouettes et de technologie 3D pour raconter son histoire.

« Pour le moment, voir de la 3D, c'est très cher, car très peu de cinémas en sont équipés. Mais c'est une bonne technologie et j'espère que davantage de réalisateurs l'utiliseront », a t-elle dit.

Wim Wenders, dont le documentaire sur l'art « Pina » sortira tant en 2D qu'en 3D, a dit que la 3D avait encore un long chemin à faire, mais que « Nous voulions faire disparaitre la 3D, et la rendre invisible ».

Mais pour l'heure, la 3D est tout sauf invisible. Le public pourra profiter des merveilles de la 3D jusqu'à la fin du Festival, le 20 février.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Force est de constater que nous traversons un vrai essor de la 3D.A l"instar de Wern...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine poursuit sa taxation préférentielle en faveur des petites entreprises cette année
Les conséquences heureuses d'une lettre d'une handicapée à Wen Jiabao
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos