Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 21.02.2011 11h27
Le bon thé Yiyuan

Aujourd'hui, c'est une marque de thé. Les Chinois connaissent bien le mot "Zhang Yiyuan." Son nom signifie "tout va bien à l'aube de la nouvelle année".

La maison de thé Zhang Yiyuan est née en 1900. Elle est située dans le quartier Dashilan, à Beijing. au début, on y vendait du thé au jasmin. Tout sentait bon le jasmin. Des lanternes accrochées au plafond jusqu'aux miroires qui accueillent les visiteurs, toutes les décorations racontent l'histoire d'un style antique.

Les passants sont les bienvenus à l'intérieur. Ils peuvent goûter gratuitement au thé au jasmin.

"J'aime beaucoup l'odeur et le goût de leur thé au jasmin."

"Je bois du thé depuis 50 ans. Le thé parfumé est mon préféré. Il est si rafraîchissant. Il réchauffe mon estomac et favorise ma digestion."

Ici, on vend des milliers de sortes de thé, dont presque tous les thés chinois, comme le thé noir, le thé vert, le thé blanc, le thé Pu'er et le thé Dahongpao.

"Zhang Yiyuan" vendait auparavant du thé parfumé. Le plus populaire était le thé au jasmin. En 2007, la technique de production de ce thé a été inscrite sur la liste de l'héritage immatériel.

Les clients aiment Zhang Yiyuan à cause de la qualité des produits qu'on y vend.

Ainsi, le thé n'est pas gardé dans des jarres, mais dans des sacs de papier. La technique d'emballage est unique, caractéristique de la boutique.

Ce petit sac n'est pas seulement important pour la culture traditionnelle du thé en Chine: il occupe aussi une grande place dans le coeur des Chinois.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : pas de protéine de cuir dans le lait (ministère)
Wen Jiabao : la Chine va rationaliser son industrie des terres rares
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi