Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 25.02.2011 14h09
Les antiquités chinoises pillées et perdues ne doivent pas faire l'objet d'enchères libres

Selon le site officiel du Bureau d'Etat des Musées et des Découvertes archéologiques (BEMUDE), les antiquités chinoises, qui ont été pillées, volées dans des tombes avant d'être passées en contrebande ou celles qui ont été pillées dans le passé et dont ce fait est connu de tous, et qui ont été perdues ensuite, ne doivent pas faire l'objet de vente aux enchères libres.

Tel est un document publié par le BEMUDE qui tient actuellement à Nanjing une réunion nationale sur le contrôle des ventes aux enchères d'antiquités chinoises.

Selon une décision de cette réunion, 9 catégories d'objets doivent être examinées, si on vent les vendre aux enchères : les objets anciens déterrés ou repêchés ; les reproductions faisant l'objet de publicité au nom des objets déterrés ou repêchés ; les pièces détachées des anciens objets d'Etat qui ne peuvent pas être déplacés ; les objets précieux collectés par les unités d'Etat d'achat et vente d'objets ; les objets pouvant porter atteinte aux intérêts de l'Etat ou produire une mauvaise influence sociale ; les objets chinois anciens, qui ont été pillés, volés dans des tombes avant d'être passés en contrebande ou ceux qui ont été pillés dans le passé et dont ce fait est connu de tous, et qui ont été perdus ensuite ; les objets suspectés de porter atteinte à la sécurité de l'Etat et aux intérêts nationaux ;les objets d'art qui ne sont pas importants, mais qui sont suspectés de porter atteinte à l'image de l'Etat et des figurines à caractère politique ; et les objets à caractère pornographique.

Rappelons que le BEMUDE a fait une déclaration en deux points, après la vente aux enchères en janvier 2009 par Cristi's d'objets du Yuanmingyuan : il s'oppose aux ventes aux enchères, au mépris des sentiments du peuple chinois, d'objets anciens qui ont été pillés en Chine, il s'oppose aux achats de ces objets par des musées ou collectionneurs chinois à des prix élevés. Cette déclaration s'applique non seulement aux entreprises étrangères, mais aussi aux entreprises chinoises.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?