Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 24.03.2011 14h07
Zhang Ziyi et Aaron Kwok au Festival du film de Hong Kong

Maintenant, dernières nouvelles du Festival du film de Hong Kong. Le metteur en scène Gu Changwei a présenté le casting étoilé réuni pour son premier film depuis 4 ans. Le long métrage explore l'impact de l'arrivée du sida dans un village chinois.

A l'affiche de "Jusqu'à ce que la mort nous sépare", Zhang Ziyi, connue pour son rôle dans le film "Tigre et Dragon", et l'acteur-chanteur hongkongais Aaron Kwok, dans le rôle de son bien-aimé. Dans le film figure aussi l'épouse du metteur en scène, l'actrice Jiang Wenli, et l'acteur chinois chevronné Pu Cunxin, ainsi que des patients qui souffrent du sida dans la vraie vie.

Gu Changwei ne voyait personne d'autre que Zhang Ziyi dans le rôle d'une patiente marginalisée.

Gu a commencé en tant que cinématographe pour de grands noms du cinéma chinois, Zhang Yimou et Chen Kaige, dans les films "Sorgho rouge", "Judou" et "Adieu, ma concubine".

À ses débuts en tant que réalisateur, son drame familial "le Paon" a remporté en 2005 un Ours d'argent au Festival du film de Berlin. Il est revenu 2 ans plus tard avec "le Premier souffle du printemps", dans lequel son épouse jouait le premier rôle, soit celui d'une enseignante qui rêve de devenir une cantatrice.

Aaron Kwok

"Dans le scénario, je pense qu'à tout moment, à toute seconde - le moment où Zhang et moi nous sommes rencontrés, par exemple - je pense que toutes les scènes sont impressionantes. Parce que dans le film, les personnages sont liés les uns aux autres. La façon dont ils se comportent a des effets sur les gens autour d'eux. Donc, si vous me demandez quelle scène est la plus particulière, je dirai "toutes les scènes sont impressionnantes de façon égale."

Pour Zhang, dont les derniers films comprennent la comédie romantique "Sophie's revenge" et le triller américain "les Cavaliers de l' Apocalypse", ce rôle de patiente marginalisée est extrêmement passionant.

Zhang Ziyi

"J'avais beaucoup de difficulté à me séparer de mon personnage. La plupart du temps, je vivais dans l'univers de mon rôle. Donc, ces quelques mois de tournage ont été très difficiles, parce que c'est pas facile de ressentir ce que les patients souffrant se ressentent."

"Jusuqu'à ce que la mort nous sépare" sera en salle en Chine dès le 10 mai.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le séisme au Japon aura un impact, mais limité, dans le commerce avec la Chine
Wen Jiabao : le nouveau plan quinquennal chinois apporte la confiance au monde
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?
L'accident nucléaire est sans frontière
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?