Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 03.05.2011 16h05
La robe de Kate Middleton déjà imitée
En haut : une jeune mariée chinoise porte une robe similaire à celle de Kate Middleton le lendemain du mariage royal. En bas : une capture d'écran montre les magasins sur le site taobao.com qui vendent lundi déjà la robe de Kate Middleton.

Quelques heures seulement après la sortie de Kate Middleton de la Rolls Royce qui l'a conduite à l'abbaye de Westminster à Londres où elle a épousé le prince William, plusieurs tailleurs sur taobao.com, le plus grand site de vente en ligne de Chine, offraient déjà des reproductions de sa robe de mariée.

Une copie de l'œuvre de dentelle créée par Sarah Burton pour Alexander McQueen, surplombant un corsage de satin en col V et une jupe ornée de fleurs brodées à la main, est proposée à 1 800 yuans (190 euros) dans le magasin en ligne Sumiao's Little Store. Ce prix inclut une reproduction du voile de tulle ivoire porté par la nouvelle duchesse de Cambridge.

« Nous avons suivi de près les informations sur la robe que porterait Kate depuis l'annonce de ses fiançailles au prince William », explique Chen Sumiao, la propriétaire âgée de 23 ans du magasin en ligne. « Dès que le style a été connu, nous avons discuté avec nos designers de sa faisabilité et nous avons établi un plan en moins d'un jour ». Bien que les photos du site ne montrent que l'original porté par Kate et qu'aucune reproduction n'ait été réalisée pour l'instant, l'idée a sans surprise été bien accueillie par les futures mariées dès son apparition sur le site le matin du 30 avril. « Nous avons reçu une vingtaine de demandes de renseignements chaque jour sur la robe », indique Chen. « Aucune transaction n'a été effectuée pour le moment, mais vu le nombre de réponses, cela devrait se vendre comme des petits pains ».

Certaines clientes ont affirmé être prêtes à abandonner « la robe ordinaire » qu'elles ont déjà commandée si celle-ci était disponible pour leur grand jour. Chen souligne qu'il faut habituellement entre quatre et cinq semaines pour créer une robe sur mesure. Les clientes doivent seulement l'informer de leurs mensurations avant de recevoir le modèle, voire une copie personnalisée si elles souhaitent apporter des changements tels qu'un décolleté plus profond ou une traîne plus courte. Pour les plus pressées, une reproduction peut être faite en un jour, mais pas avec la même qualité.

« Ce n'est pas une robe difficile à copier. Tous les matériaux nécessaires sont disponibles ici, et le design n'est pas compliqué », assure Chen, qui gère également une boutique sur rue avec sa sœur à Suzhou, dans la province du Jiangsu.

Chen n'est évidemment pas la seule à s'être engouffrée dans le filon. Selon elle, au moins cinq autres magasins se pressent de proposer la robe à Suzhou, réputée en Chine comme la « ville des robes de mariée » grâce à ses 1 200 ateliers spécialisés. Un reportage de Sky News Asia indique que la société Muyi vend aussi sa version de la robe de Kate, réalisable en quelques heures pour seulement 333 dollars. Une photo accompagnant l'article montre une jeune femme chinoise portant la robe le lendemain du mariage royal. Zhao Tingting a été la première mariée chinoise à posséder la robe convoitée, seulement trente-six heures après les noces britanniques. Son époux Wang Jiawang portait une reproduction approximative de l'uniforme arboré par le prince William.

Chen, qui a reproduit environ 800 modèles, notamment des costumes traditionnels chinois vus dans des séries télévisées populaires, des robes de mariée de célébrités et les œuvres de créateurs de mode renommés, admet ignorer les lois de propriété intellectuelle qu'elle pourrait enfreindre. Mais Wang Qian, professeur au Collège de propriété intellectuelle de l'Université de Chine de l'Est de sciences politiques et de droit, atteste de la légitimité des robes. « La création de vêtements n'est pas protégée par les règlements de propriété intellectuelle en Chine », explique-t-il. « Tant que les reproductions ne sont pas vendues dans des pays comme la France, où les lois sont plus strictes, les producteurs ne risquent rien ».

[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La population chinoise a atteint 1,3397 milliard d'habitants en 2010 (recensement)
Wu Bangguo appelle à renforcer les relations avec le parlement français
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde