Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 06.07.2011 11h38
Sur la route du Sichuan au Tibet

Les équipes de CCTV ont effectué le voyage le long de l'autoroute qui relie le Tibet au Sichuan afin de découvrir la vie des Tibétains rencontrés sur la route.

Première étape : le comté de Zayu. Les habitants sont ici à pied d'oeuvre, il faut ramasser le Chongcao,un ingrédient de médecine chinoise que l'on ne trouve qu'ici.

Le Chongcao, un mélange de moisissure et de larve de papillon de nuit, est réputé attribué de la force à celui qui le consomme. Chaque hiver, des papillons pondent leurs oeufs, les enterrent, la moisissure pénètre dans l'oeuf et se développe en se nourrissant de la larve de papillon. L'été venu la larve meure et le parasite sort par sa tête. Le Changcao est prêt à être ramassé.

Cette combinaison est typiquement tibétaine et constitue une importante source de revenus pour les locaux.

Habitant de Zayu

“J'ai attrapé 8 Chongcao aujourd'hui. Cette année, c'est coton de trouver du Chongcao.”

Le Chongcao pousse généralement de 3 à 5 mille mètres d'altitude. Chaque Tibétain trouve peu ou prou mille Chongcao chaque année, un revenu d'au moins 20 mille yuan.

Mais il est temps de dire au revoir à nos collecteurs de Chongcao, direction le village de Bkra-Shis-Sgang. Les paysages suffisent ici à rassembler de nombreux visiteurs chaque saison.

Zhou Quan

Touriste de Beijing

“C'est beau, ici. Ce qu'on voit ici, on ne le trouve pas en ville.”

Et Zhou n'est pas le seul à apprécier les charmes bucoliques de la région, les hôtels sont plein, et les affaires se portent à merveille pour les locaux.

La famille de Basang Ci-ren tient cet hôtel et propose des chambre à 80 yuan, contre 3 ou 400 yuan habituellement pour ce type de standing. Près de 2000 personnes viennent y résider chaque année, générant plus de 40 000 yuan de profit annuellement.


[1] [2] [3] [4]

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine demande le retrait immédiat des bateaux de pêche japonais des eaux des îles de Diaoyu
Le « Dragon » chinois descend vers 5 000 m de profondeur sous la mer
A la recherche des raisons expliquant le succès du PCC
Pas de conditions politiques préalables pour l'aide de la Chine à l'Afrique
Le "phénomène du PCC" enrichit l'histoire humaine (COMMENTAIRE)