Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 02.12.2011 08h54
La mode pour la paix

Nous nous rendons au Moyen-Orient pour y découvrir la mode d'Israël. Une équipe de mode multiethnique met l'espoir pour la paix sur scène en combinant des styles juifs et musulmans.

A Tel-Aviv, le trio de la mode nommé Asfour, a présenté sa collection printemps-été 2012. Plusieurs personnes célèbres étaient présentes comme Yoko Ono et des artistes palestiniens et israéliens. L'accent a été mis sur le mélange des symboles juifs et musulmans avec un look avant-gardiste.

L'équipe de la mode basée à New York est multiethnique. Gabi Asfour est Libanais. Adi Gil est Israélien. Angela Donhauser est russo-tadjik élevée en Allemagne. Mais leurs idées sur la mode ont les mêmes objectifs.

ThreeAsfour

Equipe de mode

"Le message derrière les vêtements était un message d'unité. Beauté, amour, coexistence."

Et le moyen d'exprimer le message suit également des traditions. Les mannequins se sont faufilés à travers la foule pour parvenir à une zone ouverte où ils ont défilé et joué au backgammon, un jeu populaire au Moyen-Orient. Le plancher était décorée avec des détails en arabesque, autre motif utilisé dans le style de threeASFOUR.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour voir le défilé. Nombreux étaient ceux qui ont apprecié le message.

Arieh Levin

"Ce n'est que des symboles après tout, vous savez. Ils ont une représentation visuelle d'une idée et je pense que la plupart des religions viennent de l'amour, donc pourquoi pas combiner ça et montrer que nous venons tous du même endroit et rendons ce monde meilleur."

La diversité des participants témoigne du fait que la mode peut rassembler les gens.



Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un haut responsable du PCC souligne l'importance de la discipline dans la nomination des officiels
Nouvelles principales du 1er décembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie