Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 08.12.2011 16h01
La danse du paon de l'ethnie Dai

La danse du paon, une célèbre danse de la minorité Dai date de plus d'un mille d'années. En 2006, la danse du paon a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel, mais elle risque aujourd'hui de disparaître. Wang La, successeur représentant de la danse a révélé que personne ne veut l'apprendre aujourd'hui, alors qu'à l'époque, elle était assez répandue dans le Xishuangbanna et à Ruili.

Wang La, originaire d'un petit village de Ruili, a appris la danse du paon il y a 55 ans. « J'ai appris à faire la danse du paon à l'école primaire pour un spectacle de la Fête des Enfants. » Cet art qui l'accompagne depuis plus de 50 ans dans la vie lui tient à cœur.

Les Dais profitent de chaque fête pour danser, par exemple lors de la fête Sangkran (la Fête de l'Eau), ils se rassemblent pour faire la danse du paon et de la batterie. « La danse du paon est une tradition pour nous, et elle intéressait de nombreux gens à l'époque. » a dit Wang La, « Alors que maintenant c'est le contraire... personne ne s'y intéresse. »

En 2003, depuis que le Ministère de la Culture de Chine a lancé un projet de protection du patrimoine culturel, la danse du paon a bien attiré l'attention. Il a parfois été invité à donner des spectacles tant en Chine qu'à l'étranger. « Même si la situation a évolué, notre revenu ne se trouve pas encore dans une situation optimiste pour développer cet art. Par exemple, les 20 numéros en 11 jours à Shenzhen ne nous a rapporté que 500 yuan. » a t-il poursuivi.

Après sa retraite du centre culturel, Wang La a commencé à donner une formation à la danse du paon près du bâtiment du centre culturel. Les frais de formation, 70 yuans par an (7 euros) ne lui amène pas non plus plus d'élèves. Il dit que 70 yuans par an, c'est encore cher pour certaines familes.

En dépit du faible nombre d'élèves, la formation a connu 14 sessions. « Tenez, c'est mon élève préféré, et il a 12 ans. » a dit Wang La en montrant une photo d'un élève. Actuellement, il a plus d'élèves filles que garçons, ce qui est différent du cas d'avant, et la plupart des filles comptent faire de la danse du paon leur spécialité. « Ma fille s'y intéressait pas, alors elle est partie travailler en ville. » a regretté Wang La.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le président chinois rencontre les délégués des réunions militaires
Nouvelles principales du 7 décembre
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis
Au sujet de l'immolation par le feu de plusieurs jeunes moines des régions tibétaines du Sichuan
Après Durban, on ne peut s'attendre qu'à avoir plus chaud encore...