Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 27.01.2012 10h25
Découvrez la culture chinoise du dragon
La 29e foire du temple culturelle Longtan s'est ouverte le 23 janvier au parc du lac Longtan.

Le dragon revêt des significations complètement différentes en Orient et en Occident, et ses connotations ont même changé entre la Chine ancienne et la Chine moderne.

Décodage d'expert : de totem à porte-bonheur

Tian Zhaoyuan, professeur du Centre de recherche d'anthropologie et de folklore de l'Université normale de Chine de l'Est, voit dans le dragon une incarnation de la beauté, un symbole de diligence et de vitalité, mais aussi un libérateur au pouvoir d'apporter la bonne fortune et la prospérité.

« L'esprit et l'image du dragon sont un processus dynamique en développement », souligne M. Tian. À l'origine, le dragon était un totem de clan, symbolisant l'esprit d'une communauté, avec des allusions aux divinités et aux ancêtres. Dans la société féodale, l'empereur s'est approprié le symbole du dragon, associant étroitement l'image de culte religieux et politique. Le dragon est ensuite devenu un symbole porte-bonheur populaire. Aujourd'hui, les gens ordinaires partagent plus largement et plus librement l'image du dragon et son esprit de bon augure.

L'enthousiasme populaire

À Shanghai, dans la zone de riche culture traditionnelle du temple du dieu de la ville, nous avons rencontré des employés de bureau en train d'acheter des cadeaux pour le Nouvel An chinois. Leurs grands sacs étaient remplis de peluches à l'effigie du dragon. Les stocks de certains magasins étaient déjà épuisés et certains passants leur demandaient où ils pouvaient trouver ces articles.

Dans les mains de l'artiste folklorique du temple Ma Jun se trouvaient des dragons finement tressés en fibres de palmier. « Nous sommes des descendants du dragon, le dragon est également de meilleur symbole de l'esprit des Chinois, notre force résolue », explique ce maître de 45 ans en continuant son ouvrage.

Une autre artiste, Xu Yifang, jette une canette et montre les signes porte-bonheur portant le caractère du dragon qu'elle encadre. « Parmi les douze signes traditionnels chinois, le dragon représente l'énergie et la vitalité, on dit également qu'il peut éloigner le mauvais esprit des maisons, et préserver la paix et la prospérité de notre nation. Mes œuvres illustrent ce message », indique-t-elle.

Pour les étrangers, le dragon chinois est coloré

Gomez, un Américain résidant à Shanghai, est un amateur de la culture chinoise. Il explique que depuis ses premiers contacts avec cette culture, particulièrement depuis son arrivée à Shanghai pour raisons professionnelles, sa compréhension du dragon a énormément changé. « Dans la culture occidentale, le dragon est noir et malicieux, il ressemble à un dinosaure. En Chine pourtant, il est coloré, de forme toujours changeante, il porte bonheur et sa connotation est très positive, tous les Chinois l'aiment », souligne-t-il.

Marty Judge, citoyen américain fondateur d'une agence de services en ressources humaines basée à Philadelphie, Judge China, indique qu'il visait initialement un résultat d'exploitation de 1 milliard de dollars en 2016, mais qu'en raison de la crise économique, il a dû prolonger ce délai de deux ans. L'entreprise s'est implantée en Chine il y a seulement trois ans, mais le pays représente déjà son pôle de croissance le plus rapide dans le monde, et s'apprête à dépasser la branche d'Amérique du Nord.

« Je suis convaincu que la vigueur et la chance de l'année chinoise du dragon profiteront au monde entier », affirme M. Judge.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 21 janvier
Sélection du Renminribao du 21 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?