Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 13.02.2012 09h25
Un temple bouddhiste de Wuhan offre des services de bénédiction par SMS
Des dizaines de milliers de personnes se rendent au Temple des Lamas à Beijing pour prier et brûler de l'encens lors de Fête des Lanternes, qui cette année tombe lundi.

Un célèbre temple bouddhiste de Wuhan, capitale de la province du Hubei, a encouragé les fidèles à envoyer des messages par téléphone portable plutôt que de brûler de l'encens pour faire leurs prières.

« Cette initiative écologique est la première de son genre parmi les temples bouddhistes en Chine. Cela permet de réduire la taille des foules en saison haute et réduit le risque de bousculades et d'incendies », a déclaré Han Xue, un bouddhiste laïque qui travaille au Temple Guiyuan à Wuhan, qui enregistre des centaines de milliers de visiteurs durant la Fête du Printemps.

Le Temple Guiyuan, construit en 1658, se trouve dans une partie urbaine district de Hanyang, et il est entouré de zones résidentielles.

Ces deux dernières semaines, la foule des visiteurs a augmenté, atteignant un pic de 360 000 personnes le 27 janvier, le cinquième jour du premier mois du calendrier lunaire chinois, jour célébré comme l'anniversaire du Dieu de la Fortune, quand les gens viennent traditionnellement prier dans les temples et y faire leurs dévotions.

En 2010, lors de cette célébration, 600 000 personnes se sont rendues au temple, et les autorités de Wuhan y avaient envoyé 4 000 policiers prêts à intervenir en cas d'incendie, de bousculades et d'embouteillages.

Cette année, bien que le prix du billet ait doublé, passant de 10 yuans (1,60 Dollar US) par personne à 20 Yuans lors de la Fête du Printemps, les visiteurs n'ont cessé d'y affluer.

Li Xiaobo, 31 ans, est venu avec sa femme de la province du Guizhou pour voir des parents à Jingzhou, une ville du Hubei située à environ 220 km de Wuhan. Ils avaient entendu parler du Temple Guiyuan et voulaient le voir par eux-mêmes.

Le temple, en coopération avec la branche du Hubei de China Mobile, l'un des principaux opérateurs chinois de télécommunications, a offert un service de bénédiction par téléphone portable.

Un message de huit caractères ou moins coûte 3 yuans, et les plus longs, jusqu'à 20 caractères coûtent 10 yuans. Normalement, un message par portable ne coûte pas plus de 0,15 yuans.

L'expéditeur écrit le texte de sa bénédiction et y insère le numéro de téléphone portable du destinataire. China Mobile transmet la bénédiction au destinataire.

De 8 h à 17 heures, les messages sont affichés sur un panneau lumineux installé à l'angle Sud-ouest du temple. Les moines chantent des prières un peu plus tard pour les expéditeurs et les destinataires.
Plus de 30 000 personnes ont déjà essayé le service – mais elles doivent être abonnées de China Mobile avec un numéro de téléphone dans la Province du Hubei.

Yang Guo, un employé de la succursale du Hubei de China Mobile, qui supervise le service, a déclaré que plus de 1 000 SMS ont été envoyés chaque jour dans les deux dernières semaines, ajoutant que le service restera encore disponible après la Fête du Printemps.

Yang Meiqin, 49 ans, propriétaire d'une entreprise à Wuhan, a reçu un message de bénédiction de la part d'un ami. Elle a aimé cette idée et est allée au temple pour voir comment ce système fonctionne.

Chen Meng, 37 ans, une autre femme d'affaires de Wuhan, a elle reçu une bénédiction semblable d'un ami qui a visité le temple le vendredi.

Mme Chen a été émue par le geste et a dit que cela montre que les milieux religieux essaient de rester dans le rythme de la Chine moderne et de séduire les jeunes générations.

Mais en revanche, Li Jian, 28 ans, qui travaille dans un bureau d'études à Wuhan, désapprouve, affirmant que ce service porte atteinte à la pureté du bouddhisme et nuit à la prière, ce qui en fait un acte impie.

Zhang Tongyou, 63 ans, habitant de Beijing et bouddhiste depuis plus de 20 ans, a déclaré quant à lui que les temples ne devraient pas demander d'argent pour l'affichage des SMS.

« D'autres temples peuvent faire la même chose, et gratuitement, si cela permet de réduire les foules pendant les périodes de pointe », a dit M. Zhang.

Wei Chi, un bouddhiste laïque qui travaille au Temple Famen, dans le Comté de Fufeng, situé 120 km à l'ouest de Xi'an, capitale de la province du Shaanxi dans le Nord-Ouest la Chine, pense quant à lui que les temples ne devraient pas chercher à tirer profit des gens qui envoient des messages de prière.

Selon M. Wei, près de 60 000 personnes sont venues au Temple Famen le 23 janvier, jour du Nouvel An lunaire. Ce jour seulement, les visiteurs n'ont pas à payer l'entrée. Le reste de l'année, le billet d'entrée coûte 120 yuans.

Le vieux Temple Famen n'aurait pas pu supporter une telle foule. Mais après un agrandissement achevé en mai 2008, avec des investissements d'une société dépendant du Gouvernement de la Zone Nouvelle de Qujiang à Xi'an, une place située dans la nouvelle zone touristique sur le thème du bouddhisme peut contenir 400 000 personnes, a dit M. Wei.

Le Temple Lingyin à Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang dans l'Est de la Chine, peut également accueillir des foules énormes pendant les vacances, selon un employé du temple qui souhaité conserver l'anonymat.

« Les temples peuvent décider eux-mêmes si ils ont les ressources techniques et financières pour diffuser les prières et les bénédictions par SMS, et s'il faut facturer ou non le service ou l'offre ».

« Le Temple Lingyin possède l'expérience nécessaire pour gérer les foules et il n'a pas besoin de demander aux gens de rester chez eux pour envoyer des messages par SMS », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?