Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 16.04.2012 09h53
Le cinéma en Chine devient le deuxième plus grand marché du monde
-Une femme à Shanghai est attiré par une affiche de la version 3D du film Titanic. Recettes de 13,15 milliards de yuans (2,08 milliards de dollars)au box-office chinois l'année dernière. Jing Wei / Pour le China Daily

Cette année, au cours du premier trimestre, la Chine vient de dépasser le Japon pour devenir le deuxième plus gros marché de cinéma dans le monde et ce grâce à la croissance vertigineuse de l'industrie cinématographique du pays. Mais sa forte dépendance au box-office a montré à la fois son énorme potentiel et son immaturité, selon les experts de se secteur.

L'année dernière, les recettes du box-office en Chine ont augmenté de 33,3% passant à 13,15 milliards de yuans (2,08 milliards de dollars) et la valeur marchande de l'industrie a atteint 17,25 milliards de yuans.

La poursuite de la croissance au cours de ce premier trimestre, fait que la Chine dépassera le Japon en termes de recettes au box-office, a annoncé jeudi lors d’une conférence, Mike Ellis, président Asie-Pacifique de la Motion Picture Association of America, , sans néanmoins donner plus de précisions.

Le nombre d'écrans de cinéma en Chine a augmenté, passant de 4753 en 2006 à 10700 en 2011, selon Ellis.

«L'année dernière, la Chine a ajouté en moyenne huit écrans par jour. Aucune nation dans le monde n’a connu une telle croissance", a déclaré Ellis.

L'industrie cinématographique américaine "ne se développe pas, mais le marché au niveau international reste très efficace, ici et partout dans le monde", a reconnu Ellis au China Daily.

Les recettes du box-office aux États-Unis et au Canada ont totalisé 10,2 milliards de dollars en 2011, une baisse de 4% par rapport à 2010, selon les statistiques MPAA.

Mais la part des États-Unis sur le marché mondial est passée de 57,3% en 2010 à 58,4% en 2011.

Au cours de la visite du Vice-Président Xi Jinping aux Etats-Unis en février dernier, la Chine a accepté de permettre chaque année la diffusion de plus de 14 films étrangers sur le marché intérieur. Les sociétés cinématographiques étrangères seront également autorisés à prendre une part de 25% des recettes du box-office, contre 13% précédemment.

Ellis, a déclaré que cela représentait une " image attrayante" pour l'industrie cinématographique des États-Unis.

Il a également noté que malgré sa croissance rapide, l'industrie cinématographique chinoise est encore largement inexploité et que le Chinois moyen ne se rend au cinéma qu’en moyenne 0,3 fois par an, comparativement à plus de cinq fois par an en Islande, en tête de liste des pays cinéphiles.

Cependant, malgré les perspectives optimistes de l'industrie cinématographique chinoise, un problème récurrent persiste, une dépendance excessive au box-office.

Ellis a expliqué qu’en Chine, les recettes du box-office représente 90% du rendement total de l'investissement, pour seulement 30% aux États-Unis. L’autre 70% provenant de la vente de droits d'auteur à des sociétés de DVD, les entreprises de télévision par câble et les réseaux de la télévision nationale.

"Il ya une perte de recettes considérable pour les films chinois en raison du vol de contenu, ce qui a empêché la Chine de développer une chaîne de valeur de l'industrie cinématographique basée sur le commerce du droit d'auteur," a déclaré Ellis.

"Si vous ne protégez pas. Vous ne possédez rien " a ajouté Ellis.

Si la dépendance au box-offcie peut être réduit au même niveau que les Etats-Unis, le marché du film en Chine pourrait presque quadrupler et atteindre 6,66 milliards de dollars.

Charles Zhang, fondateur et PDG de Sohu.com, un important portail du Web chinois, a pour sa part noté que l'industrie de la télévision dans le pays a connu un boom explosif et que les sites Web vidéo ont stimulé la demande pour les séries télévisées produites professionnellement.

Selon Zhang, il ya trois ans, un producteur de fiction TV aurait été heureux de voir un seul épisode vendu 1.000 yuans, alors qu'une série télévisée populaire peut maintenant être vendue plus d’un million de yuans par épisode.

Mais contrairement à la télévision, Zhang explique que coût d’un film à l’ unité est trop élevé pour avoir le soutien des annonceurs.

Pour les Chinois, fans de cinéma, il est facile de télécharger une version piratée d'un nouveau film, une réalité pour les professionnals de l'industrie qui ont reconnu qu'ils devaient apprendre, bien à contrecœur à composer avec.

"Nous devons continuer de nous développer sur l'hypothèse que le piratage existe et existera pendant une longue période", a déclaré Hu Ming, vice-président de Huayi Brothers, la plus grande chaîne de télévision chinoise privée et producteur de films. En ajoutant que les négociations amenaient toujours "des relations difficiles et compliquées" quand il s'agissait de droits d'auteur.

Le développement encore incomplet de la chaîne de valeur, selon Hu, est l'une des différences majeures entre les industries du cinéma en Chine et aux États-Unis. Comment remédier à cette cela, un défi pour les cinéastes chinois.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »
Commentateur du Quotidien du Peuple : soutenons fermement la juste décision du Comité central du PCC