Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 17.04.2012 16h56
La Chine perfectionnera le réseau de services pour les maladies professionnelles

Le ministère chinois de la Santé (MS) a annoncé lundi qu'il perfectionnerait le réseau de services pour la prévention et le traitement des maladies professionnelles en conformité avec une loi récemment amendée.

L'instance législative suprême de la Chine a adopté un amendement à la Loi sur la prévention et la lutte contre les maladies professionnelles le 31 décembre 2011, afin de mieux protéger les droits légaux des travailleurs.

L'amendement exige précisément que les gouvernements à tous les niveaux renforcent leur capacité de prévenir et de lutter contre les maladies professionnelles et de mettre en place un système complet de services.

Cependant, 44% des juridictions provinciales doivent encore se conformer à cette initiative, selon une circulaire publiée lundi sur le site internet du ministère de la Santé.

Par ailleurs, 27% des régions de niveau préfectoral n'ont pas la capacité de diagnostiquer et confirmer les maladies professionnelles, tandis que 43% des districts ne sont pas en mesure d'offrir une évaluation adéquate des maladies professionnelles, ajoute la circulaire.

En conséquence, le ministère a appelé à un soutien financier et politique plus important des gouvernements de différents niveaux.

La Chine dispose actuellement de 120 centres de surveillance des maladies professionnelles. Cependant, les données de ces centres sont souvent incomplètes ou inopportunes, affirme la circulaire.

Le ministère a ordonné aux départements sanitaires à travers le pays d'utiliser les outils de communication modernes, tels que l'Internet, les courts messages textuels et les microblogs afin de donner au public un meilleur aperçu de cet amendement à la loi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »