Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 16.05.2012 13h38
Il a redéfini les traits de l'animation chinoise

La bande dessinée des années 60 Scatterbrain et Crosspatch est redevenue un buzz multigénérationnel, de nombreuses personnes commémorant la vie de son animateur, récemment décédé.

Le célèbre animateur, éducateur et directeur de la caricature, Zhang Songlin, est décédé à l'âge de 80 ans d'un infarctus cérébral le 8 mai à Shanghai.

Zhang a consacré sa vie à l'industrie de l'animation chinoise. Après avoir été diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Suzhou, il a rejoint le département d'animation de Shanghai Film Studio en 1950 et a commencé à diriger des films d'animation à partir de 1959.

Il a co-fondé l'assocation d'animation chinoise en 1985 et en a été le vice-président jusqu'en 2007 (a démissionné à l'âge de 75 ans).

"Il a fondé l'association pour réunir des animateurs et donner son avis," a confié sa fille, Zhang Lan, au journal Shanghai Oriental Morning.

"Il n'a jamais dit «non » aux personnes qui se tournaient vers lui. Notre maison était aussi occupée qu'un bureau avec des appels téléphoniques et des télécopies en permanence."

Zhang Songlin a rejoint la production de plus de 200 animations. Il a dirigé "Little Swallow", "Bee and Earthworm" et a été le scénariste de "The Crowing Rooster in Midnight".

Scatterbrain et Crosspatch raconte l'histoire de deux enfants - "Scatterbrain" (Meitounao), est distrait et insouciant, tandis que "Crosspatch" (Bugaoxing) a un caractère horrible.

Ils sont devennus adultes dans l'espoir de surmonter leurs faiblesses. Après avoir jeter le trouble sur eux-mêmes et sur d'autres, ils ont finalement vaincu leurs défauts.

Le film montre une compréhension unique et créative de Zhang de l'animation, qui se distingue encore aujourd'hui par ses critères, a déclaté Chang Guangxi son ancien élève.

Chang est un directeur qui a réussi dans l'animation, ses travaux comprenant le fim primé "Lotus lantern." "Ce film raconte une histoire moderne avec un ton humoristique à un moment où l'animation est essentiellement une adaptation de contes populaires et de mythes," Chang dit.

Chang a créé Scatterbrain et Crosspatch en 1962 avec ses camarades de classe à l'École du département d'animation du film de Shanghai, sous la direction de Zhang, qui était alors responsable du département.

"Je me souviens encore de ce moment où 30 d'entre nous, avons produit ce film de 20 minutes en quatre mois," a confié Chang. "C'est le point de départ de ma carrière. Je dois remercier Zhang pour cette illumination et de nous avoir donné la possibilité de travailler sur un tel projet "

Ces vieilles animations classiques sont aimées de toute les générations. Pour Zhu Hongyan 26 ans, travaillant au bureau de Shanghai : "J'ai regardé Scatterbrain et Crosspatch de nouveau en ligne dès que j'ai appris la mort de Zhang. J'ai été surprise de voir que cela restait toujours intéressant et sincère, bien que cela soit d'une grande simplicité par rapport aux techniques d'effets visuels et de l'animation 3D d'aujourd'hui. "

Zhu a confié qu'elle et sa famille sont fans de dessins animés chinois, comme "The Monkey King" : "Uproar in Heven" et "The Legend of the Sealed Book".

"Ces films ont accompagné l'enfance des personnes nées à partir des années 50 jusqu'aux années 80. Ce sont de précieux souvenirs."

Qian Jianping, le président de Shanghai Animation Film Studio est impressionné par la compréhension profonde de Zhang dans l'industrie de l'animation chinoise et même après sa retraite. "Il a fait remarquer que le nombre de films d'animation chinoise ne cessait d'augmenter au détriment de la qualité», a noté Qian.

Un réalisateur ne peut plus s'occuper de chaque partie d'un film compte tenu de la commercialisation actuelle des étapes de montage. Zhang disait qu'un bon film devait se fier à un standard. L'animation chinoise a dessiné des styles et des genres uniques pendant l'ère de Zhang. Elle a gagné une réputation internationale et a été reconnue comme "l'Ecole chinoise d'animation" dans les années 60 et 70. Les trois autres écoles étaient celles des Américains, des Japonais et des Européens.

"Nous avons eu les dessins animés à l'encre, les fims de marionnettes et les dessins animés en papier découpés," se souvient-il.

Qian pense que la copie des technologies américaines d'animation par les réalisateurs nationaux aboutit à une homogénisation des styles. "Nous allons sans doute y laisser notre propre style", explique Qian. L'industrie du film d'animation a atteint un tel niveau grâce aux efforts collectifs de réalisateurs tels que Zhang. Sa disparition est une énorme perte".

Les funérailles de Zhang ont eu lieu le 14 mai, à la Maison funéraire de Longhua à Shanghai. Le studio de l'animation de Shanghai accueillera un mémorial le 18 juin.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale