Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 25.05.2012 09h04
De Pavillon à Musée de l'art

Le pavillon de Chine était l'un des clous de l'Expo de Shanghai 2010. Actuellement, il est en passe de devenir un musée permanent de l'avant-garde de l'art chinois. Et le musée est prêt pour l'ouverture dans 3 mois.

La restauration du pavillon de la Chine constitue la dernière tentative de Shanghai pour développer ses qualifications artistiques. Le nouveau musée, qui ouvrira en octobre, s'appellera le Palais de l'Art de Chine, et sera 10 fois plus grand que l'actuel Musée de l'Art de Shanghai.

Yang Qi, directeur du projet

Palais de l'Art de Chine, Shanghai

A travers les simulations en 3D du palais de l'art, on peut voir que nous personnalisons l'intérieur du bâtiment avec certaines des collections les plus précieuses.

De l'autre côté de la rivière Huangpu, au sein d'une ancienne centrale électrique de 100 ans d'âge, le Pavillon du Futur est en train de se transformer en musée de l'art contemporain. A l'avenir, le plus célèbre projet de l'art moderne de la ville, la biennale de Shanghai, prendra place dans ces murs.

Chen Xiejun, directeur

Musée de Shanghai

Pour établir un grand musée, on a besion de plus qu'un simple lieu d'exposition. Cela exige l'amélioration de tout le voisinage, ainsi qu'une facilité de transport. Nous espérons que les touristes et amateurs d'art visiteront souvent cet endroit.

La rénovation des deux sites de l'Expo universelle constitue juste une partie du plan total visant à faire de Shanghai une métropole culturelle internationale. Plusieurs nouveaux musées d'art sont actuellement en cours de conception, ils représentent une étape importante dans le développement de l'art à Shanghai.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »