Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Economie
Mise à jour 16:20
La Chine dit non à la poursuite unique de la croissance du PIB

Si, durant les 25 dernières années, la Chine a réalisé un taux de croissance du PIB supérieur à 8% comme le reste du monde n'en a jamais connu, elle a dû payer un prix énorme sur le plan social et dans le domaine de l'environnement. Quand le gouvernement chinois a adhéré au concept selon lequel le développement économique doit se poursuivre de manière durable en coordonnant les divers secteurs et en attachant la plus haute importance à la valeur de l'homme, on a commencé à abandonner le mode de développement axé sur la simple poursuite de la croissance du PIB. Le Premier ministre Wen Jiabao a indiqué qu'un concept scientifique du développement devait coordonner le développement des villes et régions rurales, le développement des économies régionales, le progrès socio-économique, l'harmonisation des rapports entre l'homme et de la nature, la croissance future et l'ouverture sur l'extérieur.

Niu Wenyuan, scientifique en chef et directeur d'une équipe de recherche à l'Institut de stratégie de développement durable de l'Académie des sciences de Chine, a fait remarquer : "Le PIB tel qu'il est calculé actuellement, ne reflète pas complètement l'état d'équilibre entre l'homme et la nature du fait qu'il compte invariablement parmi les richesses de la nation les produits de bonne et de mauvaise qualité, et considère les ressources naturelles et l'environnement comme des biens dont on peut disposer librement." Selon cet expert, le PIB actuel ne tient pas compte de la diminution des ressources naturelles et de la dégradation des écosystèmes ; il ne voit que les services visibles et calculables en prix en négligeant les services invisibles mais très utiles à la société.

Il estime qu'une grande partie du PIB chinois a été réalisé aux dépens des opportunités qui auraient dû être réservée aux générations futures.

Les statistiques montrent que de 1985 à 2000 la Chine a connu une haute croissance économique avec un taux de croissance du PIB de 8,7% en moyenne. Cependant, si on en déduit le coût des pertes et le déficit écologique (nombres imaginaires sur les plans social et humain), le chiffre réel des richesses de la nation ne représente que 78,2% du chiffre nominal. Cela revient à dire que le taux réel de croissance du PIB durant ces quinze années n'était que de 6,5%.

"Avec des agrégats énormes et un rythme de croissance aussi rapide, la Chine n'aura plus assez de ressources et d'espace pour soutenir son développement ultérieur si elle ne donne pas un coup de frein au mode de croissance actuel qui pousse à la consommation inconsidérée d'énergie et de matières premières et aggrave les pollutions," déclare Pan Yue, directeur adjoint du Bureau d'Etat de protection de l'environnement.

Selon Niu Wenyuan, les ressources par tête d'habitant sont médiocres et l'écosystème fragile en Chine. Le mode d'expansion économique qui pousse à une consommation excessive d'énergie et de matières premières et cause des pollutions alarmantes, sans pour autant obtenir un rendement élevé, n'a fait qu'aggraver les problèmes existant dans ces domaines.

L'énergie consommée en Chine pour la création d'un dollar de valeur est 4,3 fois plus importante par rapport aux Etats-Unis, 7,7 fois plus élevée par rapport à la France et à l'Allemagne et 11,5 fois supérieure par rapport au Japon.

Ma Kai, président du Comité d'Etat du développement et de la réforme, a déclaré récemment que la Chine envisageait de ralentir le rythme de croissance du PIB pour consacrer désormais davantage d'efforts au progrès social en adoptant une approche scientifique en la matière.

D'après Pan Yue, le Bureau d'Etat de la protection de l'environnement propose d'incorporer les normes en matière d'environnement dans le système d'évaluation globale des mérites des fonctionnaires locaux. En conformité avec le concept scientifique de développement défini par le CC du PCC, le gouvernement chinois ne fait plus du PIB le critère unique du développement, mais tient également compte de l'environnement, des ressources naturelles et du progrès social.

Engagée dans un nouveau cycle de développement accéléré après avoir créé en 2003 le record des huit dernières années, la province du Guangdong prévoir de ramener le taux de croissance du PIB à 9% cette année (diminution de 4,6 points de pourcentage), tandis que Beijing et la province du Zheijiang envisagent d'intégrer dans les statistiques économiques les dommages causés à l'environnement (PIB vert). De son côté, Shenzhen n'évalue plus les mérites des fonctionnaires uniquement en fonction de la croissance du PIB, mais tient davantage compte de leur travail accompli en matière de réduction de la consommation de ressources au cours du développement, d'équité sociale et de développement humain. Chen Shanru, président du Comité du développement et de la réforme de la province du Guangdong, a déclaré que l'abaissement du taux de croissance du PIB encouragerait les divers milieux de la société à mettre l'accent sur l'approfondissement de la réforme, l'accélération de la restructuration économique et l'amélioration de la qualité et de la rentabilité du développement, de manière à empêcher la simple poursuite de la vitesse de croissance.

Le nouveau concept de développement produit un impact sur les fonctionnaires aux divers échelons. Jiao Yuejin, secrétaire du Comité du Parti du district de Qixian de la province du Henan, a dit : "En élargissant l'horizon du développement au lieu de rechercher uniquement la croissance du PIB, le gouvernement pourra consacrer davantage de ressources financières et matérielles au progrès social et au renforcement des maillons faibles en vue de promouvoir un développement socio-économique harmonieux."





Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.