Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.07.2009 11h19
L'ex-président de Sinopec condamné à mort avec sursis pour corruption

Chen Tonghai, l'ancien président du géant pétrolier chinois Sinopec Corp, a été condamné à mort mercredi avec un sursis de deux ans. Il s'agit de ce que l'on croit être la plus grande affaire de corruption dans le pays.

Chen, âgé de 61 ans, a été condamné pour avoir reçu illégalement 196 millions de yuans (29 millions de dollars) entre 1999 et juin 2007. Il a par la suite soudainement démissionné de son poste de président de Sinopec Corp, compagnie, qui est également connue sous le nom de China Petroleum & Chemical Corporation. En échange des pots-de-vin, Chen aidait d'autres personnes "mener des opérations illégales" au sein de l'entreprise, effectuer des transferts de terres et des contrats, selon le verdict de la Cour intermédiaire populaire n° 2 de Beijing. Le verdict n'a pas mentionné les noms des personnes qui ont participé aux affaires de corruption.

La cour a reconnu qu'il avait nié "l'ensemble des faits relatifs aux pots-de-vin", et pratiquait un détournement de fonds, ce que les enquêteurs ne savaient pas. Chen aurait pu être condamné à mort en raison de la nature de ses crimes.

Il avait reçu une suspension de deux ans de sa peine de mort. Cette peine peut être transformée en un emprisonnement à perpétuité, ou en 20 ans de prison, voire moins, si le tribunal estime que le condamné se conduit bien.

Chen a 10 jours pour faire appel de la décision du tribunal.

Né en 1948, Chen a été maire de Ningbo dans la province du Zhejiang, puis, il a travaillé comme vice-commissaire de la Commission de planification d'Etat, avant de rejoindre Sinopec en 1998.

Son père, Chen Weida, était un grand révolutionnaire et un haut fonctionnaire.

L'enquête sur Chen a commencé en 2007, et il a été expulsé du Parti et du gouvernement, officiellement accusé de corruption en janvier 2008.

Des experts ont déclaré que le cas de Chen a fait tirer la sonnette d'alarme concernant les chefs des entreprises gérées par l'Etat.

Le tribunal a déclaré que les réformes de l'Etat devraient être accélérées afin d'améliorer le contrôle du pouvoir pour «déterrer les racines de la corruption ». Sinopec Corp, le plus grand raffineur de pétrole asiatique en volume de production, a refusé de commenter cette affaire mercredi. Les valeurs de la compagnie à la Bourse de Shanghai ont augmenté de 0,67%.

Li Shuguang, un expert des actifs de l'Etat à l'Université chinoise des sciences politiques et du droit a dit que la loi devrait être modifiée pour permettre de condamner les cadres dirigeants à des peines plus sévères, pour prévenir ce genre de mauvaise gestion des actifs de l'Etat.

"De multiples, sanctions économiques, similaires à la condamnation de Bernard Madoff (aux Etats-Unis), devraient être ajoutées à la législation", a déclaré Li.

"Le pays ne peut tout simplement plus se permettre qu'un plus grand nombre d'actifs de l'Etat soit détourné ainsi", a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?