100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.09.2009 14h55
Le régulateur passe en revue les candidats avant la mise en place du GEB

Le régulateur du marché est en train de passer en revue les demandes de 149 entreprises qui voudraient récolter en tout 33,6 milliards de yuans (4,9 milliards de dollars) grâce aux offres publiques initiales (IPO) sur le Growth Enterprise Board (GEB), l'équivalent chinois du NASDAQ, ont annoncé vendredi les fonctionnaires de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières (CSRC).

Sur les 149 entreprises, près de 40 sont prêtes à subir les procédures de la première évaluation de l'introduction en bourse, ce qui pourrait commencer dès la semaine prochaine, ont indiqué les fonctionnaires de la CSRC.

Le régulateur a indiqué que le GEB pourrait être lancé d'ici le début du mois d'octobre pour financer les « start-up » à croissance rapide. Le régulateur a commencé à recevoir les demandes d'introduction pour le GEB le 26 juillet et a mis en place un comité d'examen des offices de propriété intellectuelle à la mi-août.

Les fonctionnaires de la CSRC ont déclaré que 12 candidats sont des joint-ventures avec des capitaux étrangers représentant près de 10%. Le régulateur n'a pas précisé combien d'investisseurs en capital-risque étrangers investissent dans les 149 compagnies « start-up ».

Les 149 entreprises devraient faire 33,6 milliards de yuans de bénéfices grâce à l'émission de 3,63 milliards de nouvelles actions. Le maximum et le minimum de fonds récolté par une seule entreprise serait de 825 millions et 85 millions de yuans, selon les chiffres de la CSRC. Les bénéfices moyens faits potentiellement grâce au GEB tournent autour de 227 millions de yuans.

Le nouveau marché devrait répondre aux besoins de financement des entreprises dans des industries d'innovation telles que les énergies renouvelables, la médecine biologique, l'information électronique et la protection de l'environnement.

Près de 37% de candidats représentent l'industrie des télécommunications, tandis que 10% proviennent du secteur de la médecine biologique et 12% de l'industrie des nouveaux matériaux. Par ailleurs, 13% des candidats proviennent du secteur manufacturier. Près de 70% d'entreprises sont des PME du secteur manufacturier implantées à Shenzhen.

"Pour les candidats au GEB, le régulateur pourrait avoir moins d'exigences vu leurs revenus actuels en comparaison avec les entreprises du conseil principal. Toutefois, il y a des demandes plus strictes pour réaliser une croissance rapide", a déclaré un responsable de la CSRC.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'accord sur le commerce de services Chine-Pakistan entrera en vigueur en octobre
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
La Chine montre de plus en plus d'assurance en soi
La Réunion annuelle du Forum de Davos – une plate-forme qui permet à l'Afrique d’attirer les investisseurs chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?