100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.09.2009 15h34
Le district de Zouping : une fenêtre ouverte permettant aux étrangers d'observer les changements de la campagne chinoise

Les agrégats de la production locale ont multiplié par plus de 328 fois par rapport à ceux des années précédant à la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, le revenu par tête de paysans est multiplié par plus de 118 fois et le revenu disponible par tête d'habitant citadin est multiplié par plus de 51 fois ... le changement de tous ces chiffres-là montrent qu'au cours des deux décennies passées, il s'est produit des changements immenses et prodigieux dans le district de Zouping, Province du Shandong, lequel district constitue pour des spécialistes étrangers un endroit propice pour leurs études sur les régions rurales chinoises et Zouping est devenu pour l'extérieur une fenêtre à travers laquelle on peut observer et étudier le développement de la campagne chinoise.

L'ouvrage d'études intitulé « Les changements de la Chine campagnarde : études sociales menées par des savants américains à Zouping, au Shandong », qui vient d'être publié dernièrement, dépeint et fait le bilan des études et des enquêtes menées officiellement par des spécialistes et savants américains depuis 1987 dans la campagne de Zouping qui ont noté toutes les vicissitudes économiques et sociales du district durant les vingt années écoulées.

En 1979, Deng Xiaoping, qui occupait le poste de Vice Premier Ministre a effectué une visite aux Etats-Unis et les deux parties chinoise et américaine ont signé un accord sur « les échanges d'étudiants et de savants », dans lequel il est prescrit entre autres l'envoi chaque année par l'Académie nationale des Sciences des Etats-Unis de savants et de spécialistes qui mèneront dans la campagne chinoise des projets d'enquêtes continus de suivi et de base.

Après plusieurs enquêtes à la base, il a été choisi comme base le village de Fengjia (Famille des Feng), du District de Zouping, Province du Shandong, y compris neuf autres villages et bourgs qui relèvent du district, qui constituent les premiers points d'études et d'enquêtes menées par les spécialistes américains dans la campagne chinoise.

De 1987 jusqu'ici, les spécialistes et savants américains ont mené à Zouping des enquêtes qui ont couvert les domaines de l'histoire, de l'économie, de la politique, de l'éducation, de la santé et de l'hygiène, des sciences humaines et de l'environnement. Guy Alitto, professeur au Département de l'Histoire de l'Université de Chicago, figure parmi les spécialistes américains envoyé en Chine. Il a procédé successivement à cinq enquêtes sur Zouping, lesquelles consistent principalement à poser oralement des questions à des personnes âgées locales sous deux formes : la première, c'est une interview officielle arrangée et préparée d'avance et le lieu est la maison où il habite lorsqu'il mène ses enquêtes ou bien chez la personne qui fait l'objet de son enquête ; la deuxième, c'est le bavardage avec les gens qu'il rencontre à l'improviste dans la rue.

« Les gens rencontré à l'improviste dans la rue répondent en toute liberté et à leur gré aux réponses qui leur sont posées et il n'y a aucune forme fixe et contraignante. », a-t-il dit.

Les spécialistes et savants étasuniens sont les témoins des faits suivants : au cours des deux décennies passées, l'économie et les œuvres sociales du district de Zouping ont connu des changements énormes et prodigieux. En 1978, le PIB du district était seulement de 131 million de yuans, alors que le revenu net par tête de paysan et le revenu disponible par tête de citadin se chiffrait respectivement à 59 yuans et à 303 yuans. En 2008, son PIB a atteint 43 milliards de yuans, soit plus de 328 fois celui des années précédant la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, tandis que le revenu net par tête de paysan et le revenu disponible par tête de citadin ont atteint respectivement 6.980 yuans et 15.700 yuans soit 118 fois et 51 fois de plus comparé aux années précédant la réforme et l'ouverture sur l'extérieur.

Parallèlement, Zou Ping, qui est tout un petit district, compte actuellement cinq entreprises qui sont cotées respectivement en bourse à Hong Kong, à Singapour et en France et il a obtenu un financement total de 7 milliards de yuans et il est à la tête de tous les districts du Shandong quant au nombre des entreprises cotée à la bourse et à la valeur des financements.

Guy Alitto a dit : « La Chine est devenue une importante puissance économique mondiale grâce à ses efforts déployés durant les trente années qui ont suivi la réforme et l'ouverture sur l'extérieur. Surtout maintenant que le monde entier est confronté à une grave récession économique internationale due à la crise financière qui sévit à travers le monde. La Chine est l'entité économique qui en a le moins souffert. C'est pourquoi son comportement devant la crise mérite l'admiration internationale et fait sur moi une impression profonde. »

Selon des statistiques incomplètes, de 1987 jusqu'ici, il y a eu une centaine de savant et de spécialistes américains qui ont procédé successivement à des enquêtes et des études à Zouping, et on y remarque entre autres l'ancien Président américain Jimmy Carter qui y est venu en 1997 pour mener des enquêtes sur divers domaines, dont le développement agricole locale, les irrigations hydrauliques, la protection de l'environnement, la protection des droits et des intérêts de la femme, … etc. Après son retour aux Etats-Unis, il a écrit un article intitulé « La diabolisation de la Chine est une erreur », lequel a été publié sur « The New York Times », qui préconise le maintien de bonnes relations entre la Chine et les Etats-Unis.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'accord sur le commerce de services Chine-Pakistan entrera en vigueur en octobre
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
La Chine montre de plus en plus d'assurance en soi
La Réunion annuelle du Forum de Davos – une plate-forme qui permet à l'Afrique d’attirer les investisseurs chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?