100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.10.2009 11h23
Pascal Lamy : l'antidumping mondial commence à attaquer la Chine

Ces derniers temps, l'imposition d'un tarif protectionniste spécial par les Etats-Unis à l'égard des pneus importés de la Chine a fait les frais de la conversation dans le monde et est devenue le centre de l'attention mondiale. Le Ministère chinois du Commerce a fait appel à l'Organisation mondial du Commerce (OMC) en portant l'affaire devant elle et attend qu'elle arbitre et tranche définitivement. Face à cette situation de conflits commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis, le Directeur général de l'OMC Pascal Lamy s'est prononcé pour la première fois sur ce cas.

Il a dit en premier qu'il est très difficile de juger cette affaire, mais que ce qu'il est certain, c'est que toute frictions commerciales et tous litiges et conflits commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis peuvent être réglés et dissipés dans le cadre de la procédure rationnelle et transparente de l'OMC. Car possédant le droit de jugement judiciaire, il est certain que cette dernière sera capable de résoudre les problèmes un à un de façon juste, rationnelle et équitable.

Pascal Lamy a indiqué en outre que le règlement de cette affaire demande beaucoup de prudence et que l'OMC doit maintenir sa position neutre. En réalité, dans des cas spéciaux et particuliers, il est permis aux pays membre de l'OMC d'adopter des mesures protectionnistes, des mesures antidumping ou même des mesures de tarif douanier protectionniste. Ce genre de mesures protectionnistes existe dans le système de l'OMC et tous les membres de ce dernier ont le droit de les utiliser. Quant au cas du tarif protectionniste imposé par les Etats-Unis à l'encontre des pneus en provenance de la Chine, ceux-ci l'ont-ils appliqué avec une norme rationnelle ? Il est impossible d'en juger et d'en apprécier. Mais compte tenu du mécanisme de l'OMC pour régler les litiges, dans le cas où la Chine croit que les Etats-Unis n'ont pas respecté les règles de l'OMC, elle a le droit de porter plainte dans le cadre du système et l'OMC tranchera l'affaire définitivement.

Pourquoi la Chine est-elle devenue le point de mire de l'antidumping ?

Pascal Lamy indique qu'en prenant comme point de base les données établies cette année, on remarque que la Chine est devenue actuellement le centre d'attention du monde entier et le principal objectif de la lutte contre l'antidumping. Il dit qu'il comprend parfaitement le sentiment qu'éprouve la Chine en devenant le point de mire des autres pays du monde. En observant avec attention et en analysant minutieusement les données obtenues, on s'aperçoit que la plus grande partie des plaintes antidumping vient des pays en voie de développement, alors que l'Inde en a porté le plus et qu'elle est suivi du Brésil qui vient au deuxième rang.

La Chine est devenue aujourd'hui le plus grand pays exportateur du monde. Les produits fabriqués et transformés dans d'autres pays doivent nécessairement passés par la Chine pour y être montés et assemblés définitivement. Et l'antidumping vise justement la partie exportatrice du dernier maillon. La Chine, en tant que partie exportatrice du dernier maillon devient tout naturellement le centre d'attaque.

Il est impossible de déclencher une guerre commerciale.

Le protectionnisme commercial présente effectivement, à l'échelle mondiale, une tendance à la montée et de quelle façon faut-il considérer le présent courant protectionniste ? Pascal Lamy a exprimé ses inquiétudes à ce sujet-là. Il a indiqué que c'est un risque, mais que ce risque est prévu et attendu. Il a poursuivi en disant que la leçon de l'histoire nous apprend que lorsque la situation de l'économie et de l'emploi d'un pays s'aggrave et s'envenime, les politiciens de ce pays réagissent immédiatement en dirigeant leur attaque sur les importations. Après l'éclatement de la crise économique, il est tout de suite appliqué affectivement certaines mesures de protectionnisme commercial à faible densité. Mais ces mesures-là ne sont ni développées en tsunami de protectionnisme commercial et ne se sont ni montées d'un cran pour devenir une guerre commerciale entre Etats. Et cela est dû à ce que l'OMC possède des principes sûrs qui empêchent le développement et le déchaînement de ce genre actes. Mais il est impossible pour l'OMC de garantir le respect à cent pour cent de ces principes et certains pays profitent des lacunes et des insuffisances politiques pour manœuvrer et faire ce qu'ils veulent et ils utilisent comme ils l'entendent les outils politiques de protectionnisme, par exemple la politique antidumping, les mesures protectionnistes et le tarif douanier protectionniste. A l'heure actuelle, cette situation s'empire et est près de constituer un problème beaucoup plus grave. Les petits problèmes qui s'accumulent et augmentent avec le temps pourraient devenir de grands problèmes, c'est pourquoi nous devons être sur nos gardes à tout moment et redoubler de vigilance.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine intensifiera sa coopération financière avec l'ASEAN
Grippe A/H1N1: une seconde vague de contagions frappe la Chine
Foire du Livre de Francfort : la Chine et l'Occident à l'écoute de l'un l'autre
Faire fi de l'héritage de la guerre froide et aller de l'avant
Conviction et scepticisme sur l'IBED