100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 03.11.2009 09h51
L'économie chinoise tirée par la demande intérieure, selon l'économiste de GS

La Chine a enregistré des progrès remarquables au cours de la décennie écoulée grâce à sa balance commerciale fortement excédentaire, mais aujourd'hui elle se tourne vers sa demande intérieure pour alimenter sa croissance, a déclaré lundi Jim O'Neill, économiste en chef chez la banque d'investissement Goldman Sachs (GS).

Interrogé par Xinhua, M. O'Neil, le premier à avoir employé, en 2001, le surnom de "BRIC" pour désigner collectivement la China, l'Inde, la Russie et le Brésil, a estimé que la Chine pourrait être "la plus grande économie au monde" d'ici 2027, avec un PIB de 21.000 milliards de dollars, et une consommation intérieure de 10. 000 milliards, soit la moitié de son PIB.

Goldman Sachs table cette année sur une croissance de 9,4% du PIB chinois, et de 13,3% de sa demande intérieure, avec des chiffres encore plus élevés attendus pour ces deux statistiques en 2010.

En revanche, le taux de croissance annuel moyen du PIB chinois devrait se limiter à 7,7% entre 2011 et 2020, et se réduire progressivement au cours des décennies suivantes, a indiqué M. O'Neil lors d'une conférence de presse, citant les prévisions d'un rapport de Goldman Sachs.

Interrogé sur les défis majeurs susceptibles d'entraver la croissance économique chinoise, M. O'Neil a estimé que la demande intérieure était un paramètre si important que la Chine devrait continuer d'y investir davantage d'efforts. Un système de sécurité sociale élaboré serait une autre priorité, a-t-il ajouté.

Helen Qiao, économiste chinoise au sein de Goldman Sachs, y estime que l'économie chinoise pourrait avoir besoin de beaucoup de temps pour réorganiser et rééquilibrer ainsi sa structure.

"Le taux d'épargne chinois pourrait baisser de 5 points de pourcentage d'ici 2015, et de 12 points de pourcentage encore entre 2015 et 2025, ce qui constitue un signe encourageant pour la progression de la consommation", précise Mme Qiao dans ce rapport "Perspectives macroéconomiques mondiales et chinoises".

Les statistiques montrent que le PIB de la Chine s'est élevé en 2008 au troisième rang mondial, derrière les États-Unis et le Japon. Par ailleurs, la contribution de la Chine à la croissance économique mondiale s'est élevée à 22%, détrônant ainsi les États- Unis à la première place. Ce chiffre pourrait atteindre les 50% cette année.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Plan de traitement de la grippe A (H1N1) pour les enfants par la médecine traditionnelle
Airbus ouvrira son premier centre de logistique en Chine
Les suicides successifs chez France Télécom donnent un avertissement à la Chine
Pourquoi la Chine qui fait constamment l'objet d'enquêtes antidumping continue-t-elle à faire de gros d'achats à l'étranger ?
Les trois grandes erreurs de l'Occident qui exige la 'réévaluation du RMB'
Un pas de plus vers l'égalité
Nicolas Sarkozy brandit "la Douce France" comme étendard de l'identité nationale