100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.11.2009 13h57
CIC envisage d'ouvrir une filiale à Londres

La China Investment Corporation (CIC), le fonds d'Etat chinois, a débuté des pourparlers sur l'installation de son premier établissement international à Londres, a révélé une agence immobilière d'importance.

Il était de notoriété publique que le fonds, qui dispose de 200 milliards de dollars US, cherchait depuis un certain temps une base hors de Chine, et qu'il était récemment très actif dans la capitale britannique.

La CIC faisait encore partie récemment d'un consortium qui a renfloué Canary Wharf, un complexe de bureaux de Londres, pour 1,3 milliards de dollars US.

Michael Charlton, directeur général de Think London, l'agence d'investissement local de la capitale, actuellement en visite en Chine, a dit qu'il était en pourparlers avec la CIC.

"Préalablement à l'investissement dans Canary Wharf, nous leur avions parlé de la création d'une d'une activité internationale à Londres, avec à l'esprit de regarder et d'écouter, et d'obtenir des renseignements et des contacts locaux", a-t-il dit..

On savait que la CIC envisageait New York et Hong Kong comme alternatives possibles à Londres pour l'installation de sa base à l'étranger.

Pour M. Charlton, Londres était le seul choix possible en Europe pour la CIC, mais il a reconnu que la capitale britannique avait d'autres concurrents internationaux.

"C'est probablement le seul choix en Europe, mais il reste à savoir s'ils choisiront ou non New York plutôt que Londres. Nous avons toujours l'espoir que, quand ce sera l'heure, ils nous choisiront", a-t-il dit.

M. Charlton précise que Think London, qui a amené plus de 1 000 sociétés de 45 pays à s'installer à Londres les dix dernières années, n'était pas impliqué dans les négociations relatives à Canary Wharf.

"Dans cette affaire, la CIC s'est bien débrouillée. C'est une organisation qui a des relations, et ils ont trouvé Canary Wharf, qui était à la recherche de recapitalisation. Nos relations avec la CIC sont très bonnes et nous espérons les convaincre de réaliser leur premier investissement international à Londres", a-t-il dit.

M. Charlton, qui était à Beijing avant d'aller à Shenzhen, Hong Kong et Taipei, a dit qu'il y avait maintenant une "fenêtre de tir" pour la CIC et d'autres investisseurs ou sociétés chinoises pour profiter de bonnes affaires en matière d'actifs au Royaume-Uni, du fait de la récession économique et de la chute de la Livre sterling.

Il a précisé que la valeur des propriétés commerciales avait baissé jusqu'à 40% dans la capitale, citant Nomura, la banque japonaise, qui a repris les affaires de Lehman en Europe l'année dernière. La banque a réussi à négocier un bail de 20 ans sur un immeuble de 11 étages à 6 dollars US le mètre carré, avec en prime une période d'exemption de loyer de quatre ans, comparé aux 9,85 dollars US qu'elle aurait dû payer avant la crise.

Et cela avant les effets monétaires, ce qui fait de Londres un endroit où les actifs peuvent être jusqu'à 70% moins chers.

Il a ajouté aussi que les actifs disponibles à Londres étaient toujours de haute qualité, même si les prix avaient baissé.

"Le fait que le prix des actifs baisse ne veut pas nécessairement dire que ces actifs ne soient pas bons. Les deux ne vont pas nécessairement de pair", a-t-il dit.

Il a également dit que les Jeux olympiques de Londres en 2012 offraient de nombreuses opportunités aux sociétés chinoises, où des contrats d'une valeur totale de 15 milliards de dollars US sont disponibles.

Crystal Digital, qui a produit les infographies des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques de Beijing en 2008, et Honay, fabricant d'insignes métalliques sont les deux sociétés chinoises qui ont déjà remporté des contrats.

"Les sociétés chinoises ont une expérience récente d'implication dans les Jeux Olympiques, mais elles doivent aussi faire face à la concurrence de sociétés venant d'Australie (hôte des Jeux Olympiques de 2000) ", a-t-il dit.

Les Jeux sont une partie de la rénovation de l'Est de Londres, projet de 60 milliards de Dollars US comprenant aussi le projet Thames Gateway development, qui changera la face de la ville pendant les 20 années à venir.

M. Charlton croit que ces occasions ne peuvent que renforcer Londres dans sa place de destination principale d'investissement en Europe pour les sociétés chinoises.

"Tout cela crée de nombreuses occasions pour les sociétés chinoises et d'autres pays", a dit M. Charlton.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Mattias Ekstrom remporte la Course des Champions
Grippe A/H1N1: décès d'un Russe à Beijing
Faire exploser la bulle immobilière chinoise
Un parc Disneyland à Shanghai : qui va payer pour la flambée des prix fonciers ?
ChiNext sera t-il une réussite ou une catastrophe ?
Suspicion autour de la surchauffe immobilière dans plusieurs villes chinoises
Le déséquilibre économique mondiale est-il dû aux exportations chinoises ?