100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.01.2010 08h18
Faits et Chiffres : La zone de libre-échange Chine-ASEAN

La Chine et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) ont lancé vendredi la zone de libre-échange Chine-ASEAN, dans le but de promouvoir leur coopération commerciale et leurs investissements.

Voici quelques faits et chiffres sur cette zone de libre-échange :

Membres :

La Chine et les dix pays membres de l'ASEAN -- Indonésie, Brunei, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Cambodge et Myanmar.

Population :

584 millions d'habitants pour les dix pays de l'ASEAN plus les 1,3 milliard de Chinois, représentant un tiers de la population mondiale.

Produit intérieur brut (PIB) :

Environ 6 000 milliards de dollars, représentant un neuvième du PIB total du monde.

Volume du commerce :

Environ 4 500 milliards de dollars, se plaçant au troisième rang mondial après l'Union européenne et l'Accord de libre-échange nord-américain.

Relations commerciales :

Le commerce Chine-ASEAN a affiché une croissance annuelle de 24,2% de 2003 à 2008. Le commerce bilatéral a atteint 231 milliards de dollars en 2008, contre 78,2 milliards de dollars en 2003 et 6,3 milliards de dollars en 1991.

La Chine est actuellement le troisième partenaire commercial de l'ASEAN, tandis que cette dernière constitue le quatrième partenaire commercial de la Chine.

Relations en matière d'investissement :

Les investissements directs de la Chine dans les pays membres de l'ASEAN ont atteint 2,18 milliards de dollars en 2008, contre 230 millions de dollars en 2003. Les investissements de l'ASEAN en Chine totalisent actuellement 5,46 milliards de dollars, contre les 2,93 milliards de dollars en 2003.

Baisse des droits de douane dans la zone de libre-échange:

Dans la zone de libre-échange Chine-ASEAN, les droits de douane moyens sur les marchandises en provenance de l'ASEAN ont été réduits de 9,8% à 0,1%.

Réciproquement, les cinq pays fondateurs de l'ASEAN (créée en 1967), à savoir l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande, ainsi que le Brunei (adhésion en 1984), vont diminuer les droits de douane sur les importations chinoises de 12,8% à 0,6%.

D'ici 2015, une exonération des droits de douane sera appliquée à 90% des produits circulant entre la Chine et les quatre nouveaux membres de l'ASEAN (le Cambodge, le Laos, le Myanmar et le Vietnam).

Un accès au marché de services facilité :

Dans le cadre de l'accord sur le libre-échange Chine-ASEAN, chaque partie fournira à l'autre un accès préférentiel à son marché de services, incluant les services commerciaux et le tourisme.

Evénements historiques dans la création de la zone de libre-échange Chine-ASEAN :

En novembre 2002, le Premier ministre chinois de l'époque Zhu Rongji et les dirigeants des dix pays membres de l'ASEAN ont signé, lors du sixième sommet Chine-ASEAN, l'Accord-cadre sur la coopération économique globale Chine-ASEAN, marquant le début du processus de l'établissement d'une zone de libre-échange.

Selon cet accord, la zone de libre-échange devait être achevée en 2010.

En novembre 2004, la Chine et l'ASEAN ont signé un accord sur le libre-échange de marchandises, qui stipule qu'à partir de juillet 2005, la Chine et les pays de l'ASEAN devaient progressivement réduire les droits de douane sur davantage de produits.

Le 15 août 2009, la Chine et les pays membres de l'ASEAN ont signé un traité d'investissement en marge de la huitième réunion des ministres du commerce. Chaque partie a commencé à ouvrir son marché de l'investissement à l'autre, marquant la fin des négociations majeures du processus.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
La Chine continuera à lutter contre la pornographie sur Internet et sur téléphone portable
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?