100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 29.03.2010 15h52
Le futur avion de ligne chinois a besoin d'une aide de l'Etat

L'ingénieur en chef du premier avion de ligne chinois, le C919, vient de demander avec insistance aux autorités chinoises d'établir un plan d'Etat de plusieurs milliards de Yuans afin de favoriser le développement des ventes d'avions conçus en Chine.

Davantage de soutien financier de la part du gouvernement aidera à soutenir l'industrie nationale de l'aviation, qui fait face à une forte concurrence de la part d'acteurs de niveau international comme Boeing et Airbus, a déclaré Wu Guanghui, Vice-président de la Commercial Aircraft Corporation of China Ltd (COMAC).

Les besoins chinois en avions sont estimés à environ 4 000 appareils lors des 20 prochaines années.

Les plus grandes compagnies aériennes chinoises comme Air China, China Eastern et China Southern, mais aussi Sichuan Airlines ou Hainan Airlines, ont exprimé leur fort intérêt et leur soutien pour l'achat d'avions de la COMAC, dit M. Wu.

Dans le nom du premier avion de ligne purement chinois, la lettre « C » représente « Chine », mais aussi « COMAC », alors que le 1er « 9 » veut dire « toujours » en chinois et que « 19 » fait référence à la capacité maximale de l'appareil, soit 190 places.

Cet avion à couloir central est conçu pour des vols courts et moyens courriers, jusqu'à 5 555 km.

Le projet de dessin du premier avion de ligne développé de manière indépendante en Chine sera achevé cette année, et la mise en production débutera l'année prochaine, avait déclaré précédemment M. Wu.

L'avion devrait faire son premier vol en 2014 et les premiers exemplaires devraient être livrés après 2016. La COMAC, créée en 2008 pour prendre en charge le projet, pense vendre 2 000 C919 en Chine et à l'étranger dans les vingt années à venir, a dit M. Wu.

« Mais il y a quelque chose qui pourrait gêner les ventes d'appareils de fabrication locale : c'est que très peu de sociétés de location-vente d'avions achètent des appareils locaux et les louent aux compagnies aériennes », a-t-il précisé.

« Pour les compagnies aériennes, la location-vente est la meilleure façon d'étendre leur flotte ... et la situation va particulièrement gêner les petites compagnies, qui manquent d'argent, pour acheter les avions de fabrication locale, plus abordables ».

Aussi M. Wu suggère-t-il que le gouvernement crée un fonds d'Etat d'au moins 30 milliards de Yuans pour aider les acheteurs d'avions fabriqués localement dans leur financement.

Le gouvernement devrait aussi accorder des subventions ou des exemptions, par le biais de mesures bancaires, aux sociétés et compagnies qui louent ou utilisent des avions conçus localement ou des compagnies locales. Sociétés et compagnies aériennes, tant nationales qu'étrangères, pourraient profiter de cette politique, dit-il.

A l'heure actuelle, le gouvernement chinois accorde des subventions au MA60, un avion à turbopropulseurs d'une capacité de 50 places, fabriqué par l'Aviation Industry Corporation of China (AVIC). A la date de l'année dernière, l'AVIC avait déjà reçu 186 commandes et avait livré 29 appareils tant en Chine qu'à l'étranger.

Le gouvernement devrait étendre et renforcer les subventions dans les cinq années à venir pour l'utilisation, la location ou l'exportation de tous les avions de conception nationale, ce qui comprend le C919, mais aussi un autre appareil régional également développé nationalement, l'ARJ21, d'une capacité de 70 à 90 places, et dont les livraisons devraient débuter cette année, dit M. Wu.

« Une équipe composée de la COMAC et des services gouvernementaux concernés est en train d'étudier le problème », a-t-il ajouté.

Sur les quelque 1 000 appareils exploités sur des lignes commerciales en Chine, seuls quatre sont de conception nationale, des MA60. Les autres sont pour la plupart des Boeing ou des Airbus.

Comme si peu d'avions de conception nationale sont encore utilisés, les appareils commerciaux développés localement auront besoin de beaucoup de temps pour devenir une marque reconnue, dit Sun Cong, Ingénieur en chef adjoint chez AVIC.

« Dans un marché dominé par des entreprises comme Boeing, Airbus ou Bombardier, le soutien du gouvernement est nécessaire », a-t-il ajouté.

Toutes les sociétés qui développent des appareils commerciaux reçoivent des subventions gouvernementales, dit-il. Par exemple, quand le premier Airbus a décollé, il a reçu des subventions gouvernementales et le soutien de transporteurs locaux comme Air France ou la Lufthansa, avant de pouvoir acquérir la place qui est la sienne aujourd'hui sur le marché.

Et, ainsi que l'ont rapporté certains médias, Boeing a aussi reçu des subventions directes de la part du gouvernement américain pour divers projets, dont le Boeing 787.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Li Keqiang rencontre Tony Blair
Chine : Barack Obama souligne l'importance des relations sino-américaines
Faire preuve de bon sens en discutant des problèmes concernant la Chine
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde