Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 30.03.2010 11h27
Les travailleurs urbains manquent de protection sociale

Un citadin chinois sur quatre manque d'une protection sociale adéquate, et c'est une tendance qui pose des problèmes aux projets d'urbanisation du pays, dit le gouvernement.

Li Shouxin, directeur du Département de développement et de planification à la Commission Nationale du Développement et de la Réforme, a annoncé que 46,6% de la population chinoise, soit 622 millions de personnes, vivait en zone urbaine à la fin de 2009, contre 45,7% en 2008.

Parmi ces 622 millions de personnes, on compte environ 167 millions de travailleurs migrants, qui ont vécu et travaillé en ville pendant plus de six mois et ne disposent pas d'un permis local de résidence leur permettant d'accéder à une protection sociale, dit M. Li.

« Leur carrière et leur vie étant instables, cela nous pose un gros problème », a dit M. Li lors d'une conférence de presse lundi.

Les travailleurs migrants se déplacent fréquemment et, souvent, acquittent leurs cotisations d'assurance-vie et maladie dans les différentes villes où ils travaillent. Et comme ces paiements ne peuvent être regroupés sur un même compte, cela pose une menace sur leurs moyens d'existence après leur retraite.

Afin de traiter ce problème, diverses mesures ont été adoptées dans certaines villes. Le Ministère des Ressources Humaines et de la Sécurité Sociale a également mis en chantier des mesures à l'échelle nationale.

Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu lundi, Yin Chengji, le porte-parole du Ministère, a précisé qu'un texte traitant du problème de l'assurance-vie entrerait en vigueur cette année. Un autre texte, traitant lui de la protection sociale, sera édicté le 1er juillet.

Afin de stimuler son développement économique, la Chine a, depuis les années 1990, favorisé l'urbanisation. Dans les pays développés, entre 75 et 80% de la population vit en ville.

M. Li a précisé que le nombre des villes en Chine a augmenté en 2008, pour atteindre 655, dont 122 très grandes villes (plus d'un million d'habitants) et 118 grandes villes (entre 500 000 et un million d'habitants).

« La Chine se rapproche du niveau moyen des pays à revenus intermédiaires », dit-il.

M. Li dit que cette stratégie s'est montrée efficace pour le développement économique du pays. Par exemple, les trois grandes zones urbaines de la Baie de Bohai, du Delta du Yangtsé et du Delta de la Rivière des Perles, qui ne comptent que pour 4% du territoire total de la Chine, abritaient 18% de la population chinoise et contribuaient à hauteur de 40% du PIB de la Chine en 2008, dit-il.

« Nous pensons que la proportion de la population urbaine devrait dépasser 50% entre 2011 et 2015 », dit-il.

Cependant, cette campagne d'urbanisation fait face à certains problèmes, comme la forte dépendance de la Chine face à la vente de terrains pour générer des revenus, dit M. Li.

« Poussées par des intérêts locaux, certaines villes se sont étendues et ont essayé de générer des revenus en vendant des terrains », dit-il.

Résultat, les zones urbanisées ont crû de 7,2% entre 1999 et 2007, soit plus que les 4% d'augmentation de la population urbaine, a-t-il précisé.

« De tels moyens de développement ne sont pas viables et gaspillent les ressources en terres », a- t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des dirigeants chinois appellent à se préparer à surmonter des difficultés et des risques
Hu Jintao appelle au maintien de la stabilité et à la réalisation de la réforme au Tibet
Priorité à la prospérité de la population
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...