100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.05.2010 16h41
Une baisse des prix de l'immobilier semble peu probable

D'après un important groupe de réflexion et des économistes de haut niveau, qui se sont exprimés mercredi, il est peu probable que les prix de l'immobilier baissent cette année, et ce en dépit des mesures plus strictes adoptées par le Gouvrenement pour calmer le marché.

Le rapport annuel sur l'état de l'industrie de l'immobilier publié par l'Académie Chinoise des Sciences Sociales a mis en garde contre une trop forte hausse des prix, qui, selon elle, est devenue le principal obstacle à un développement sain du secteur.

Mais Wang Juelin, Directeur adjoint du Centre de recherche politique au Ministère du Logement et du Développement Urbain-Rural, pense qu'il ne s'attend pas à ce que les prix de l'immobilier baissent franchement après les très fortes hausses du second semestre de l'année dernière.

Niu Fengrui, ancien Directeur du Centre de Recherche pour le Développement Urbain et de l'Environnement à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, pense quant à lui que les récentes mesures adoptées par le Gouvernement ont conduit à une stagnation des prix.

Mais même à long terme, dit-il, il est peu probable que les prix « connaissent une forte chute ».

Certaines personnes expertes en la matière avaient estimé un peu plus tôt que les prix à Beijing pourraient chuter d'au moins 30% d'ici la fin de cette année, suite aux mesures prises par le Gouvernement pour enrayer la spéculation et la flambée des prix.

Les mesures destinées à calmer le marché comprennent une interdiction de prêt pour l'achat du troisième appartement, la hausse du taux d'intérêt des prêts et des exigences relevées pour l'acompte versé à compter de l'achat d'un deuxième appartement.

La Banque Centrale a également relevé ses exigences en matière de réserves des banques, asséchant les liquidités.

Les prix de l'immobilier dans 70 grandes villes ont atteint une hausse record de 11,7% en mars, alimentant la crainte que l'augmentation des prêts et des entrées de capitaux en provenance de l'étranger ne créent des bulles immobilières.

« Les prix de l'immobilier sont trop élevés, et les citoyens perdront confiance dans le Gouvernement si une trop forte hausse des prix continue à briser le rêve des gens de posséder leur propre logement », dit M. Wang. Le prix des logements n'est pas seulement un problème économique, mais aussi politique, a t-il ajouté.

« Il y a incertitude sur les prix de l'immobilier du fait de la situation économique changeante de cette année », a dit mercredi Li Jingguo, Directeur du Centre de Recherche pour le Développement Urbain et l'Environnement, affilié à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales
« Seule une crise du crédit pourrait causer une chute des prix lors de la seconde moitié de cette année », dit-il.

Mais l'environnement politique est bon, et la Banque Centrale a précédemment annoncé qu'elle maintiendrait une politique monétaire relativement souple cette année, a t-il ajouté.

Les statistiques de la Banque Centrale montrent que les nouveaux prêts en Yuans au secteur immobilier ont atteint 845,7 milliards de Yuans (124 milliards de Dollars) pour le premier semestre, avec une hausse de 44,3% d'une année sur l'autre des prêts en souffrance. C'est 6,2 points de pourcentage de plus qu'à la fin de l'année dernière. Les nouveaux prêts pour l'achat de logements individuels ont augmenté de 53,4% d'une année sur l'autre à la fin du mois de mars, soit 10,3 points de pourcentage en plus par rapport à la fin de l'année dernière.

D'après Paul Cavey, économiste basé à Hong Kong, les politiques actuelles destinées au secteur de l'immobilier ne pourront pas tenir très longtemps.

D'après M. Cavey, dont les propos ont été rapportés par Bloomberg, les mesures de restriction pourraient être inversées lors du quatrième trimestre, lorsque le Gouvernement aura la preuve que le marché s'est calmé.

« Avec une croissance de 8%, un fort ralentissement du secteur de l'immobilier nous semble incohérent, aussi nous nous attendons à un renversement de politique », a t-il ajouté.

« Si nous constatons effectivement une sévère correction du marché de l'immobilier, les bilans des banques en seront probablement affectés, et cela pourrait, jusqu'à un certain point, nécessiter un plan de sauvetage », a dit Charlene Chu, Directrice dans l'équipe de classement des institutions financières de Fitch à Beijing, lors d'une télé-conférence.

« Le problème est qu'il y a une très forte exposition indirecte du secteur de l'immobilier, essentiellement du fait de professionnels qui ont contracté des prêts et utilisé cet argent pour leurs propres investissements ou projets immobiliers », a t-elle précisé.

Macquarie Securities Ltd a de son côté prédit mercredi que le Gouvernement inversera probablement les mesures prises pour calmer le marché immobilier, car elles rendent aléatoire l'objectif de 8% de croissance économique de cette année.

L'économie chinoise a connu une croissance de 11,9% lors du premier trimestre de cette année par rapport à l'année dernière, la plus forte en près de trois ans.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
"Je me souviendrai toujours de l'amitié des Chinois", déclare le président maltais
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Les appels à purifier la langue chinoise induisent dans l'erreur
C'est normal de louer un appartement
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale