100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 02.06.2010 11h26
La Chine va renforcer les contrôles sur les terres rares

A l'avenir, les terres rares stratégiques ne pourront être exploitées que par quelques entreprises publiques triées sur le volet, dans le cadre de l'action menée par le gouvernement pour lutter contre l'exploitation illégale et consolider les réserves.

Le Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'Information et la Commission Nationale du Développement et de la Réforme ont envoyé leur projet de plan au Conseil des Affaires d'Etat pour approbation.

« Dès réception de l'approbation, le Ministère des Terres et des Ressources accordera des permis et procèdera l'attribution des ressources à ces entreprises », a déclaré une source, qui a refusé de révéler les noms des entreprises sélectionnées. « Les sociétés privées ne pourront que collaborer avec les entreprises sélectionnées par le biais de l'actionnariat ».

La restructuration amènera l'industrie à se focaliser sur les ions de terres rares, de plus grande valeur, du Sud du pays.

La Chine produit 97% de la production mondiale de terres rares, composées de 17 éléments et qui sont indispensables dans de nombreux domaines de la haute technologie, allant des turbines éoliennes et aux voitures hybrides et des missiles aux téléphones mobiles.

Mais cependant, le prix de ces minéraux n'a augmenté que d'à peine plus de 20% depuis 1979, pour atteindre un prix moyen de 8 500 Dollars la tonne en 2009, et ce en dépit d'une demande qui a triplé ces dix dernières années, à 120 000 tonnes.

« Ces terres sont largement sous-évaluées, du fait d'une sur-exploitation et d'une mauvaise gestion. Aussi la dernière proposition en date est-elle capitale et bénéficiera à toute l'industrie », a déclaré Zhang Anwen, secrétaire général de la Société Chinoise des Terres Rares.

Le Ministère des terres et des Ressources avait annoncé en mars dernier que la production de terres rares serait limitée à 89 200 tonnes en 2010, soit 8,36% de plus qu'en 2009. Le gouvernement a également cessé d'accorder des autorisations d'exploitation de terres rares jusqu'au 30 juin 2011.

D'après les analystes et experts de l'industrie, la Steel Rare-Earth High-Tech Co de Baotou en Mongolie Intérieure pourrait bien monopoliser les réserves d'éléments de terres rares dans la Région Autonome. En effet, cette entreprise contrôle la majeure partie des ressources en terres rares dans les régions nord du pays.

China Minmetals Co et l'Aluminum Corporation of China devraient contrôler la plupart des reserves des terres rares moyennes et lourdes dans la Province du Jiangxi, tandis que la Jiangxi Copper Corporation et la China Nonferrous Metal Industry's Foreign Engineering & Construction Co devraient contrôler les réserves des provinces du Sichuan et du Guangdong respectivement.

Des chiffres de l'US Geological Survey ont montré que les réserves de base de la Chine en terres rares atteignaient 89 millions de tonnes d'oxydes de terres rares en 2008, soit 59,3% du total mondial.

Quelques pays développés, comme les Etats-Unis, qui disposent pourtant de 15% des réserves mondiales, dépendent quasiment entièrement des importations en provenance de Chine, car ils en ont cessé l'exploitation depuis longtemps. La récente décision de la Chine de consolider cette industrie afin d'éviter une exploitation excessive de cette ressource stratégique, ce qui devrait réduire les exportations en la matière, a provoqué du mécontentement en Occident.

Dans un rapport préparé par l'Organisation Mondiale du Commerce sur l'examen biennal de la politique commerciale de la Chine, qui a débuté lundi, l'arbitre du commerce mondial a mis en doute la légalité des limitations imposées aux exportations de certains matériaux bruts.

Mais d'après les experts chinois, l'initiative prise par la Chine ne viole aucunement les règles de l'OMC et ne vise qu'à protéger ses ressources de manière légale.

« Les règles de l'OMC disposent en effet que ses membres peuvent prendre des mesures pour éviter l'épuisement de leurs matériaux bruts, et les mesures prises par la Chine vont dans ce sens », a déclaré He Weiwien, Directeur général de la Société Chinoise pour les Etudes sur l'Organisation Mondiale du Commerce.

L'initiative de la Chine est « correcte », d'après les règles de l'Organisation Mondiale du Commerce, a déclaré Tong Zhiguang, ancien Vice-ministre du commerce et ancien négociateur en chef à l'OMC.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'importance des relations stratégiques sino-américaines augmente régulièrement
Coup d'envoi du sommet des dirigeants de Chine, du Japon et de la Corée du Sud
Coup de théâtre sur la scène politique allemande : le président Horst Köhler démissionne suite à des propos déplacés
Tout n'est pas rose pour la « Vallée de la joie » de Paris
Le football : un sport pour les pauvres et une coupe du monde pour les riches ?
Expo 2010 Shanghai : il faut prêter une oreille attentive aux explications pour pouvoir comprendre et saisir toutes les merveilles exposées
Avantages et inconvénients de la reconnaissance américaine du « statut d'économie de marché » de la Chine