100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.06.2010 13h15
L'emploi dans l'agriculture, dernier choix des diplômés

En cette période de course à l'emploi pour les nouveaux diplômés de tous bords, les entreprises agricoles chinoises ont du mal à trouver preneur. Pourtant, les salaires qu'elles offrent aux jeunes fraichement sortis des universités de l'agriculture ne sont pas une bagatelle.

Liu Xinglin gère une superficie agricole de près de 90 hectares dans la province de Guizhou. Sa compagnie marche bien et ses revenus ont atteint quatre millions de yuans l'année dernière. Mais Liu craint la répétition d'une mauvaise expérience en 2006. Cette année-là, ses poivrons rouges ont été infectés à cause d'un manque de calcium avant la moisson.

"Saviez-vous quel était le problème?"

"Je savais seulement que mes poivrons étaient infectés, mais pas pourquoi."

"Qu'est-ce que vous avez fait?"

"J'ai pulvérisé des pesticides, exactement comme je le fais avec n'importe quelle plante à problèmes. Mais en vain, puisque c'était un problème différent dû à un manque de calcium."

Cette année-là, il n'y a pas eu de récolte, mais plutôt une perte estimée à près d'un million de yuans. La triste expérience a fait prendre conscience à Liu de la nécessité d'avoir des techniciens agricoles. Il a donc commencé à louer leurs services dans les universités.

A sa surpise, après quatre années, leur salaire est passé de 50 à 100 mille yuans par an, mais pas un seul des techniciens ne faisait l'affaire.

"Les autorités ont envoyé deux étudiants ici en 2007. Mais ils ne connaissaient que quelques théories, ils n'avaient aucune expérience pratique".

"Et ils voulaient rester?"

Je leur ai demandé de rester, mais ils n'ont pas voulu."

Un tel problème préoccupe de nombreuses entreprises agricoles dans la province de Guizhou. Et moins de 10% de leurs postes sont comblés. Les étudiants en expliquent les raisons.

Diplômé de l'agriculture

Université de Guizhou

"Le salaire qu'ils proposent n'est pas bon et l'environnement du travail non plus. Mais le plus important, c'est que je ne vois aucune perspective dans ce travail."

Diplômé de l'agriculture

Université de Guizhou

"Je ne suis pas très intéressé par cet aspect."

Actuellement, certaines entreprises liées à l'agriculture recrutent des techniciens et leur proposent des salaires élevés pour les attirer. Mais les résultats sont plutôt décevants. Pour 70% de ces diplômés, travailler dans ces entreprises est leur dernier choix, même si le domaine est leur spécialité depuis quatre ans.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine formule quatre «espoirs» pour le Sommet du G20 de Toronto
Quatorze disparus suite à un effondrement de maisons dans le Guangxi
Parlons un peu de l'idée « l'économie chinoise, la seule à être prospère parmi tant d'autres »
Les multinationales doivent respecter les lois chinoises
Que Dieu protège et sauve l'Afrique !
Pas d'« atterrissage économique brutal » pour la Chine
La France déploie de grands efforts pour construire des « pôles de compétitivité »