Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.06.2010 13h53
Les jeunes travailleurs migrants ont de « grandes attentes »

La jeune génération de travailleurs migrants chinois espère de meilleurs revenus et davantage de droits, alors qu-elle lutte pour trouver sa place dans la société urbaine, vient de déclarer le principal organisme syndical du pays, dans un rapport publié lundi.

D-après ce rapport publié par la Fédération des Syndicats de la Chine Entière, la marginalisation des jeunes travailleurs migrants, tant en ville qu-en zone rurale, pose un grave défi au gouvernement, ainsi qu-aux efforts qu-il fait pour maintenir la stabilité.

« Les jeunes travailleurs migrants ont le plus souvent grandi dans les villes et ne sont pas familiers des techniques agricoles. Comparés à leurs parents, ils ont de plus hautes attentes quant à leur vie, mais moins d-endurance », dit encore le rapport.

Du fait d-une éducation et de compétences techniques limitées, ils sont rarement capables de trouver des emplois stables avec des salaires élevés, et finissent en marge, tant en ville qu-à la campagne, d-après le rapport.

Ces jeunes travailleurs migrants, qu-on appelle aussi la « nouvelle génération de travailleurs migrants » sont ceux qui sont nés après les années 1980 et travaillent en ville, mais qui sont enregistrés, de retour dans leur ville d-origine en zone rurale, en tant qu-agriculteurs.

Une série de suicides apparents dans l-usine Foxconn dans le Sud de la Chine et une vague de grèves dans tout le pays lors des derniers mois ont mis les jeunes travailleurs migrants sous les feux de l-actualité.

Ce rapport, conduit dans dix villes entre les mois de mars et de mai, montre que les demandes de plus en plus fortes d-une nouvelle génération de travailleurs migrants pèsent lourdement sur les décideurs politiques.

D-après le rapport, « L-accumulation de ces demandes et problèmes a commencé à avoir des effets négatifs sur la stabilité politique et sociale de notre pays et sur son développement économique durable ».

Les problèmes auxquels fait face la nouvelle génération de travailleurs migrants doivent être résolus afin d-éviter les troubles sociaux, ajoute-t-il.

La Chine compte à présent 150 millions de travailleurs migrants, et 61,6% d-entre eux sont âgés entre 16 et 30 ans, dit le rapport, citant des chiffres du gouvernement.

D-après le rapport, l-âge moyen de ces travailleurs migrants est de 23 ans, et ils ont fini leur éducation au collège. Quelque 80% d-entre eux sont célibataires.

Il a également découvert que ces jeunes travailleurs migrants sont plus disposés à défendre leurs droits que leurs homologues plus âgés et à déposer des plaintes sans crainte de rétorsions.

Pour Lu Huilin, Professeur associé de sociologie à l-Université de Beijing, la plupart des travailleurs migrants « ont un travail mais pas de vie », ce qui veut dire qu-avec leurs revenus, ils peuvent seulement se nourrir mais ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins généraux.

« Alors qu-il est vrai que la première génération de travailleurs migrants a connu des conditions de vie difficiles, il est aussi naturel que la génération plus jeune ne l-accepte plus », dit-il. « Si la situation n-est pas correctement traitée, davantage de problèmes risquent de surgir dans le futur ».

La Fédération des Syndicats de la Chine Entière a donc appelé le gouvernement central et les gouvernements locaux à allouer plus de fonds pour le logement et l-éducation des travailleurs migrants et de leurs enfants, ainsi que de les aider à s-établir dans les villes où ils pourront prétendre à la protection sociale ou autres bénéfices.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher