Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 02.07.2010 11h16
Protection des droits des travailleurs migrants en Chine

Le salaire minimum mensuel à Beijing est depuis ce jeudi fixé à 960 yuans, soit une hausse de 160 yuans. Il s'agit de la première étape de ce qui constitue une réforme du système de distribution des revenus en Chine. La réglementation qui va suivre prendra en compte les questions d'équité et de négociations salariales.

Zhang Wen, 55 ans, prend le même chemin tous les jours. Ce travailleur migrant ramasse les ordures dans ce quartier depuis 22 ans. Un travail pénible pour un homme de cet âge. Il commence à quatre heures du matin pour 800 yuans par mois, ce qui lui permet juste de vivre et de pourvoir aux besoins de son épouse malade.

Zhang Wen

Employé au salaire minimum

Je voudrais avoir une assurance. Je suis âgé et je ne peux plus travailler. Ma femme est atteinte d'une maladie coronarienne et est complètement dépendante de moi.

Le tas d'ordures doit être conduit à une station qui se trouve 200 mètres plus loin. Il travaille six heures par hour, tous les jours, et n'a jamais pris de vacances. Il doit aussi faire des heures supplémentaires l'après-midi et nettoyer les 40 poubelles de son quartier sans percevoir d'indemnités.

Zhang Wen

Employé au salaire minimum

Je voudrais pouvoir profiter de ce que les autres ont, des week-ends et des vacances. Je passe la plupart de mon temps dans ce quartier. Je voudrais pouvoir être assuré.

Pour bénéficier de ces droits fondamentaux, il doit se battre. Li Songchen, qui défend les droits des travailleurs migrants, aide maintenant Zhang Wen à obtenir ce qui lui est dû.

La plupart des procédures engagées concernent des arrérages. Li Songchen souhaite maintenant que le projet de Loi à venir soit plus contraignant et plus concret.

Li Songchen

Avocat, bureau d'aide juridique aux travailleurs migrants de Zhicheng

Il devrait y avoir des mesures punitives en ce qui concerne le paiement des arrérages, et les entreprises devraient être pénalisées à hauteur de 50 à 100%. C'est déjà stipulé dans la Loi sur la travail, qui a octroyé les droits au département administratif du travail. J'attends de voir cette réglementation sur les salaires du Conseil des affaires d'Etat. Elle donne des droits aux employés qui peuvent exiger directement des compensations.

Cette réglementation sur les salaires ne doit pas seulement être une référence pour relever le niveau des salaires, elle doit aussi être un outil effectif en termes de droits et obligations, et une étape vers l'amélioration du système de distribution des revenus en Chine.

Chen Xinnian

Directeur du département de la consommation

Institut d'économie de la CNDR

Mais à part la réglementation sur les salaires, la supervision et les efforts des employés, je pense que nous devrions souligner la responsabilité sociale des entrepreneurs. C'est la seule façon de maintenir une relation harmonieuse et gagnant-gagnant. Les entrepreneurs doivent mettre l'accent sur l'accroissement de l'efficacité et de la structure des produits. Cela bénéficiera aussi à la société.

La réglementation sur les salaires a été amendée à six reprises depuis 2004, et il faut encore mettre une dernière touche avant de la promulguer.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher